Enjeux

Saint-Denis Pleyel, future gare olympique

Mots clés : Gares, aéroports

Conçue par Kengo Kuma, la station desservira le village des athlètes, le Stade de France et le centre aquatique.

L’attribution officielle n’interviendra que le 13 septembre à Lima (Pérou). Mais il semble désormais acquis que Paris organisera les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Dans le dispositif retenu pour accueillir cet événement planétaire, la gare de Saint-Denis Pleyel (Seine-Saint-Denis), implantée en bordure ouest du faisceau ferré Nord-Europe, jouera un rôle décisif. Elle desservira trois sites olympiques, situés de part et d’autre du sillon ferroviaire : le village des athlètes d’un côté (en rive ouest), le Stade de France et le futur centre nautique de l’autre. Quatre lignes (14, 15, 16 et 17) du Grand Paris Express s’y croiseront, en correspondance avec la ligne 13 du métro et le RER D. Avec une fréquentation quotidienne estimée entre 250 000 et 300 000 voyageurs, elle sera la gare la plus importante du réseau.

Sa conception a fait l’objet d’un concours d’architecture remporté en novembre 2014 par Kengo Kuma, également chargé de la maîtrise d’œuvre du stade olympique de Tokyo. Point commun entre les deux équipements : la présence de la verdure et l’utilisation du bois. « Comme dans toute mon architecture, j’ai senti le besoin de réintroduire la nature en...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5934 du 11/08/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X