Enjeux 5/7

Rugby toujours

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion des déchets - Sport

Champion de France de Pro D2 en 2006, Eric Artiguste s’est reconverti dans le traitement des déchets du BTP. Mais ce Lourdais est aussi entraîneur de l’équipe espoirs du Stade toulousain.

Eric Artiguste décrit son parcours sportif comme « une carrière correcte ». Or, l’ancien trois-quarts centre a disputé 43 matchs en compétitions européennes et essuyé son unique cape internationale en équipe de France le 12 juin 1999 contre l’équipe des Samoa. « A l’époque, j’avais 29 ans, j’étais au Castres olympique. On me répétait souvent que j’allais être appelé ; que je le méritais ; que mon tour allait venir. J’avais remporté deux boucliers avec Toulouse en 1995 et 1996 ainsi que la coupe d’Europe. Donc, sportivement ce n’était pas illogique. Mais sur l’instant, cela a été une vraie surprise », raconte-t-il.

A l’avant-poste de sa reconversion.

Sous ses allures de gros dur, Eric Artiguste est un homme qui doute. Cette anxiété l’a poussé rapidement à se préoccuper de l’après-rugby. Il a tâté pour la première fois du bâtiment en 1993 avec l’entreprise Bonadei, spécialisée dans les cloisons amovibles et les faux plafonds. « Lorsqu’on m’a proposé de venir au Stade toulousain. J’ai passé un deal. Je viens et vous me trouvez un emploi. Alain Bonadei était un partenaire du club. Il m’a formé. » Lorsqu’il part au club de Pau en 2002 avec un contrat de deux ans en poche, un autre amoureux du rugby, Michel Boucou, lui propose de travailler dans son entreprise de recyclage. Lors de son départ à Montauban en Pro D2, l’entrepreneur palois lui confie l’ouverture d’une agence à Toulouse. Ovalie recyclage naît en 2004. Il monte l’affaire avec Christian Califano et Thomas Castaignède, deux « copains » rugbymen. Bruno Cavagné, actuel président de la Fédération nationale des travaux publics et dirigeant du groupe Giesper, leur donne un coup de main. Pendant dix ans, il travaille en lien étroit avec Eric Artiguste. « Il a beaucoup de qualités. Il est malin, bosseur », témoigne Bruno Cavagné. Même discours du côté de Jean-Claude Claverie qui l’a entraîné à Lourdes (Hautes-Pyrénées) entre 1989 et 1995. « Il avait des qualités de base. Il a fallu lui apprendre à se concentrer et à travailler. Il ne rechignait pas », raconte-t-il. Résultat. Eric Artiguste est le seul de sa génération du club lourdais à avoir fait une carrière professionnelle.

La culture de la gagne.

Dans la fleur de l’âge, le Lourdais a gardé sa forme d’ancien sportif. Question de discipline qu’il met au service de l’entreprise. Ce n’est pas facile tous les jours. Il a préféré laisser la présidence d’Ovalie recyclage à Eric Depuiset, un proche de Michel Boucou, et se concentrer sur ce qu’il sait faire le mieux en devenant responsable commercial et des transports. « Un marché gagné, c’est comme marquer un essai », estime-t-il. Il sait mettre en œuvre son sens de l’équipe et profite – il le confesse – de son aura de rugbyman. Conscient de ce que le sport lui a apporté, il se met à son service comme entraîneur de l’équipe espoirs du Stade toulousain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Parcours sportif

1979 : débute le rugby.
1988-1997 : FC Lourdes, RC Nice puis Stade toulousain.
1995-1996 : champion de France et d’Europe.
1997-2002 : Castres olympique.
2002-2006 : Section paloise, puis US Montauban.
2006 : champion de France en Pro D2.
2007 : Fin de carrière à Blagnac SCR.

ENCADRE

Parcours professionnel

1993-1996 : commercial chez Bonadei.
1997 : actionnaire chez Bonadei.
2004 : création d’Ovalie recyclage.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X