Régions Yvelines

Rouget-de-Lisle, futur quartier apaisé de Poissy

Mots clés : Hôtels et pensions de famille

7 sites franciliens sont candidats à l’accueil du Village global de l’Exposition universelle de 2025.

80 190 Le nombre de chambres d’hôtels à Paris en 2016.

Source : Insee.

174 candidatures ont été déposées dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer la Seine ».

Quinze ans après les premières études, la ZAC Rouget-de-Lisle, qui a déjà changé deux fois de nom, entre en phase opérationnelle. La maison du projet vient d’ouvrir, et le premier permis de construire a été accordé cet été à Sogeprom pour 450 logements. L’aménagement du nouveau quartier s’échelonnera jusqu’en 2035. Le but n’était pas d’urbaniser coûte que coûte des friches industrielles polluées et quelques parcelles privées près des voies SNCF et RER mais « d’accompagner le développement de la ville dans la perspective de son positionnement stratégique », commente Vincent Marie, chef de projet à Citallios, l’aménageur. Car Poissy (38 000 habitants) a une place à prendre dans une communauté urbaine de 73 communes sans ville centre.

Ce nouveau morceau de ville entre le quartier excentré Saint-Exupéry et celui de la gare verra son attractivité renforcée par l’arrivée d’Eole et le probable passage du tram 11 Express (tangentielle ouest), qui reliera Saint-Germain-en-Laye à Achères. Le tracé officiel ne sera pas connu avant un an. Le maire (LR) Karl Olive souhaiterait en effet un tracé plus urbain que celui actuellement retenu qui ne traverse pas vraiment sa ville.

Poissy est aujourd’hui confrontée à des difficultés de circulations sans compter la proximité des voies ferrées. « Nous avons voulu tenir compte de ces contraintes pour être vertueux », précise Alexandre Jonvel, de l’agence Cobe, urbaniste de la ZAC. Celle-ci regroupera 2 000 logements sur près de 130 000 m (dont 64 % en secteur libre, 25 % sociaux et 11 % en prix maîtrisés ou accession sociale), dont une résidence de jeunes actifs, 6 100 m de locaux d’activités tertiaires, 4 600 m de commerces et services, 5 570 m d’équipements publics et un parc urbain de plus de 1,7 ha.

Stratégie d’acquisitions foncières. Ce parc traversera le quartier, limitant de fait la place de la voiture car « la maîtrise de la circulation est une attente de la part des riverains », assure l’urbaniste. Tous les logements seront équipés de parkings en sous-sol, et le stationnement en surface sera déporté sur les rues adjacentes. Toujours dans l’optique du quartier apaisé, les logements seront orientés vers le parc. Sogeprom devrait lancer le chantier en mars 2017, pour une livraison fin 2018. La poursuite de la ZAC dépendra « de la stratégie d’acquisitions foncières », confie Alexandre Jonvel, sachant que l’établissement public foncier d’Ile-de-France est en charge du portage foncier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X