architecture

ROSS LOVEGROVE, SCULPTEUR DE TECHNOLOGIES

Le designer londonien Ross Lovegrove compte parmi les premiers à s’être emparé du numérique. La rétrospective prospective que lui consacre le centre Pompidou dévoile un homme engagé dont la création prend sa source dans le processus évolutionnaire de la nature. L’homme était un proche de Zaha Hadid, et l’on comprend pourquoi en découvrant son œuvre organique et futuriste. Si son univers peut sembler étrange, on est rapidement absorbé par sa capacité à faire converger l’art, la technologie, le design et la nature.

Biomorphisme

Né en 1958, Ross Lovegrove s’interroge depuis ses débuts sur l’efficacité des formes naturelles et la manière de les introduire dans le design. Comme il l’explique, « les formes qui apparaissent comme biomorphiques sont issues de formes intrinsèques à la matière. Nous sommes propulsés dans un nouvel âge « biologique ». Robotique, prothèses, voitures autonomes, architecture seront conçus à partir des principes d’organisation de la nature. » S’ils actent les mutations digitales du monde contemporain, ses objets ouvrent sur de nouveaux modes de vie et sont porteurs d’une conscience « durable » sincère. Egalement exposés, ses nombreux dessins...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 261 du 26/06/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X