Régions

ROCHEFORT Les mille et un chantiers de la ville

Mots clés : Droit de l'urbanisme - Manifestations culturelles

Renouvellement urbain, centre hospitalier, musée…

La ville de Rochefort (28 000 habitants), dans le cadre de la révision globale de son plan local d’urbanisme (PLU), procédera jusqu’à l’automne à une concertation avec la population, pour une approbation d’ici à l’été 2005. « Nous devons définir ce que voulons faire, compte tenu des risques d’inondation d’une partie de notre territoire et avec l’objectif de contrer l’exclusion en construisant des logements sociaux », précise Bernard Grasset, maire de Rochefort et président de la communauté d’agglomération. Le dossier du petit Marseille sera sur le bureau de l’Agence nationale de rénovation urbaine fin mars. 170 logements de cette ZUP qui en comprend 560 sont promis à la démolition.

« Nous souhaitons développer davantage de mixité dans l’habitat en nous appuyant sur la Foncière ou d’autres promoteurs privés, mais aussi construire, avec notre office HLM, des petits programmes de logements sociaux en ville et sur d’autres communes de l’agglomération », explique Denys Sirdey, directeur général des services de la Ville.

Le dossier de renouvellement urbain de la ville de Rochefort porte sur 30 millions d’euros.

Autre projet phare, en chantier celui-là : la rénovation du musée d’art et d’histoire de la ville (notre photo). Le coût de ce chantier de 7,3 millions est porté pour un tiers par la Ville, dont le budget d’investissement est de 20 millions.

Patrimoine militaire

Le commandement des écoles de gendarmerie va s’installer dans l’hôtel de la marine, désormais propriété de la ville : 1,7 million d’euros de travaux sont imminents.

La ville-arsenal s’apprête à racheter au ministère de la Défense le quai aux vivres, une énorme bâtisse (2 millions de m2 de planchers) des XVIIe et XVIIIe siècles. Coût de l’opération : 900 000 euros, auxquels il faut ajouter les travaux d’accès, soit 200 000 euros.

Mais l’équipe municipale travaille déjà sur la revente de l’ensemble à un promoteur privé qui s’engagerait à créer une résidence pour personnes âgées, une résidence hôtelière, voire un casino, dès que la ville de Rochefort aura fait aboutir sa demande de classement en ville thermale.

Toujours sur le patrimoine militaire, un projet d’aménagement du site Grand Hermione (bassins de plaisance, corderie, quais) est à l’étude, autour de la zone où est assemblée l’Hermione, la réplique de la frégate avec laquelle le général Lafayette aida les Américains dans leur guerre d’indépendance.

C’est sur la zone de Béligon que sera construit l’hôpital que Rochefort a obtenu dans le cadre d’« Hôpital 2007» . 72 millions d’euros d’investissement sont annoncés, non compris la démolition de l’actuel bâtiment. La première sélection des équipes d’architectes aura lieu le 15 avril, le choix final du concepteur le 30 septembre. « Nous voulons aller vite », assure Bernard Grasset. L’avant-projet détaillé pourrait être approuvé début 2005 pour un démarrage du chantier mi 2006.

Du côté de l’économie enfin, la ville s’appuie sur la communauté d’agglomération du Pays rochefortais pour requalifier ses friches industrielles. 11 millions d’euros sont investis sur le site de l’usine de bois Rol Tech où sera aménagé un pôle nautique, près du port de commerce.

Plusieurs cellules d’activités commerciales font l’objet d’une remise à neuf, au nord de l’agglomération sur Villeneuve-Montigny (promoteur Odi), tandis qu’Intermarché et Leclerc annoncent la restructuration de leurs centres commerciaux vieillissants.

DESSIN : Le projet de rénovation du musée d’art et d’histoire de l’architecte Pierre-Louis Faloci permet la conservation de la façade du XVIIIe siècle et la création de 2 500 m2 de locaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X