Régions

Rhône Le musée des Confluences de nouveau à l’arrêt

Mots clés : Manifestations culturelles

«Le dossier va se régler dans les jours qui viennent », assure Eric Brassart, directeur général de la Serl, maître d’ouvrage délégué. En attendant, le chantier du musée des Confluences est bloqué depuis début août, et pour la deuxième fois depuis son lancement en octobre 2006.

Le problème porte à nouveau sur les études 3D. « L’entreprise Bec Frères, mandataire du groupement, a décidé d’interrompre le chantier, en raison du peu de documents d’exécution approuvés par le maître d’œuvre », détaille Pierre Rimattéi, fraîchement nommé directeur de projet du chantier par le conseil général du Rhône, maître d’ouvrage, afin de fluidifier les relations entre les différents intervenants.

Une incompréhension culturelle

« Mes efforts portent principalement sur le processus d’approbation des calculs – très sophistiqués – des structures », poursuit Pierre Rimattéi. La complexité de l’architecture déconstructiviste retenue pour le musée imaginé par CoopHimmelb(l)au ne facilite pas la réalisation des études techniques. Reste à savoir si le blocage est lié à une mauvaise volonté de Bec Frères (groupe Fayat) comme le pensent certains, ou à un problème culturel, comme le soutiennent d’autres.

Appelé en renfort pour réaliser les plans du dossier graphique de référence et apaiser la situation entre Bec Frères et CoopHimmelb(l)au, Jean-Loup Patriarche, architecte, penche pour l’incompréhension culturelle : « Les Autrichiens ont des habitudes de travail très différentes de celles des entreprises françaises : ils ont pensé que les documents présentés étaient les plans d’exécution finaux, et qu’ils manquaient de détails. Ce n’est pas le cas, les dossiers ultimes vont être lancés. Je suis persuadé que tout le monde veut bien faire, mais il n’y a malheureusement pas de confiance réciproque. »

Le premier arrêt, survenu en 2007, avait occasionné un surcoût de 9 millions d’euros, ce qui porte le projet total à 162 millions d’euros. Si le nouveau conflit devrait se résoudre sous peu, « une rallonge financière est cette fois-ci hors de question, affirme Eric Brassart, nous allons parler sérieusement des délais avec l’entreprise. Elle est en retard, mais c’est un chantier de trente-deux mois, elle peut le gérer différemment. Et s’il y a lieu, nous appliquerons des pénalités. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Un directeur pour le chantier

Lancé en octobre 2006, le chantier du musée des Confluences a un directeur de projet depuis quelques semaines seulement. Il s’agit de Pierre Rimattéi, ancien directeur général des autoroutes Area, qui a également exercé plusieurs missions pour le compte des ministères des Transport et de l’Ecologie, et notamment piloté une étude sur les sous-traitants d’Airbus. Cet ingénieur des Ponts et Chaussées de 60 ans, diplômé de Polytechnique et de l’ENPC, a été sollicité courant juillet par le conseil général du Rhône pour prendre la direction du chantier. « J’ai accepté car le sujet a de forts enjeux sur le plan culturel et sur le rayonnement de l’agglomération », précise Pierre Rimattéi. « L’organisation de la maîtrise d’ouvrage avait besoin d’être renforcée. Cette arrivée est une bonne chose, nous sommes désormais structurés à l’image du conseil régional », ajoute Eric Brassart.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X