Régions

Rhône-Alpes Le mouvement HLM réagit à la crise

Mots clés : Association et mouvement associatif - Démarche environnementale - Développement durable - Logement social

L’association régionale des organismes HLM de Rhône-Alpes (Arra) organise une table ronde le 12 juin (1) sur le thème « Les acteurs de l’habitat en Rhône-Alpes face à la crise ». Pour « Le Moniteur », Thierry Repentin, sénateur savoyard et président de l’Union sociale pour l’habitat, et Patrice Roland, président de l’Arra, croisent leurs analyses.

Comment percevez-vous la crise actuelle ?

Thierry Repentin. C’est une crise profonde, structurelle, qui excède la seule question du logement. Toutefois, avec l’emploi, le logement est aujourd’hui la principale préoccupation des Français. A nous d’en faire un enjeu majeur pour un développement soutenable de nos économies et de nos territoires. Solidaire des inquiétudes exprimées par nos concitoyens, le mouvement HLM a décidé de consacrer son prochain congrès aux conséquences de la crise et aux leçons à en tirer en matière de politique de l’habitat.

Patrice Roland. La crise affecte le logement social de manière paradoxale. Elle consacre un certain « retour en grâce » des HLM, aux vertus contracycliques une nouvelle fois reconnues. Elle dégage, en outre, des marges de manœuvre liées aux baisses des prix de la construction et du coût de la ressource propices au développement de notre activité. En revanche, une large partie des locataires du parc HLM subit de plein fouet la crise dans un contexte marqué par une pénurie de logements à prix abordables dans les grandes agglomérations de Rhône-Alpes.

Quel rôle les organismes HLM sont-ils appelés à jouer ?

TR. Il faut plus que jamais soutenir l’effort de construction de logements sociaux partout où cela est nécessaire. C’est un impératif économique mais aussi social et un enjeu d’opinion. L’habitat social est réinvesti comme une valeur refuge ; il est appelé à jouer pleinement son rôle de réassurance et de solidarité nationale, à travers la sécurisation des parcours résidentiels, la valorisation de la mixité sociale ou le soutien au pouvoir d’achat des ménages… Ces derniers mois, le mouvement HLM a apporté la preuve de sa mobilisation en faveur de la relance : les organismes ont ainsi négocié, région par région, l’acquisition de 13 000 logements en Vefa qui s’ajoutent aux 70 000 logements construits en 2008 (hors Anru). J’invite l’Etat à nous donner les moyens de faire davantage et plus vite.

PR. En Rhône-Alpes, la production de logements sociaux doublée depuis 2000 est en hausse pour la huitième année consécutive. La mobilisation des organismes dans le cadre des programmes de renouvellement urbain est également importante. En 2008, les bailleurs rhônalpins, avec l’aide des collectivités territoriales, ont acquis plus de 2 500 logements dans le cadre de l’opération des 30 000 et largement contribué au soutien du bâtiment.

Cet effort s’inscrit dans le travail depuis des années des organismes HLM de Rhône-Alpes : renforcement des équipes de développement et de maîtrise d’ouvrage et des capacités financières. Face au désengagement de l’Etat et au transfert de certains de ses engagements sur d’autres partenaires, notamment le 1 %, on peut toutefois s’interroger sur la capacité des opérateurs à poursuivre durablement un tel effort !

Comment alors produire toujours plus et mieux ?

TR. Nous sommes pleinement engagés dans l’effort de relance dont nous souhaitons qu’il concerne le neuf et la réhabilitation, fidèles à une production (locative et en accession) de qualité à un coût abordable. La qualité, c’est la qualité architecturale et urbaine, la qualité du service rendu à nos locataires et aussi la qualité environnementale. La crise, loin de mettre à mal la dynamique du développement durable, nous confirme dans notre responsabilité sociétale et nos valeurs.

PR. Construire est une priorité, mais il faut produire une offre de qualité qui répond aux attentes de la population (prestations, localisation, loyer et charges).

Pour réussir cet exercice complexe, il est indispensable qu’aux différentes étapes du processus de production d’une opération nouvelle, chacun prenne ses responsabilités pour atteindre ces objectifs qualitatifs. Voilà plusieurs années que l’Arra met l’accent sur l’importance des facteurs qui conditionnent la réussite d’un projet : développement de politiques foncières publiques fortement anticipatrices, cahier des charges exigentiel, cohérence des documents d’urbanisme. Le réseau des acteurs locaux de l’habitat en Rhône-Alpes, activé par l’Arra et mis en place en 2009, participe à cette dynamique de partage d’analyse avec l’ensemble des acteurs de la production.

Ce travail est rendu possible grâce aux engagements collectifs pris par les organismes rhônalpins dans deux domaines stratégiques : pour le neuf, le dispositif Qualité environnement du bâtiment avec l’Ademe, qui vise à limiter l’empreinte environnementale de nos logements ; pour l’ancien, avec la fondation Bâtiment énergie, nous expérimenterons des outils de planification pour intégrer aux plans stratégiques de patrimoine, les données liées à l’énergie et aux émissions de CO2.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) A 11 h, espace Tête d’Or à Villeurbanne.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X