Architecture Technique Rénovation

Rhapsodie climatique pour bureaux

Mots clés : Chauffage - froid - Climatisation - Rénovation d'ouvrage

La réhabilitation du lot chauffage-ventilation- climatisation du Gershwin à Guyancourt (Yvelines) a introduit des techniques émergentes.

En une décennie, la conception des lots chauffage-ventilation-climatisation (CVC) a radicalement évolué. La société civile de placement immobilier PFO2, administrée par Perial Asset Management, a pu le constater après son rachat, en septembre 2012, de l’immeuble tertiaire Le Gershwin à Guyancourt (Yvelines). Cet édifice d’une surface locative 12 468 m ² a été inauguré en 2002. Perial a estimé sa consommation à 629 kWhep/m².an (tous usages communs et privatifs compris hors restaurant d’entreprise). Dans ce total, la part des équipements de CVC s’élevait à 40 %, un chiffre qui pouvait être facilement amélioré. « Les groupes froids utilisaient beaucoup d’énergie, et le chauffage reposait sur des batteries électriques. Quant à la ventilation, elle était assurée par des centrales de traitement d’air (CTA) simple flux », explique Emeric Lhuissier, technicien travaux du groupe.

Thermofrigopompes en toiture.

Depuis 2009, Perial s’est engagé à réduire les consommations des biens de PFO2. La société a donc décidé de rénover ces infrastructures CVC. Elle a confié la maîtrise d’œuvre technique au bureau d’études Ingeni. Sodexo Energie et Maintenance était chargé de l’installation. Le chantier s’est déroulé de septembre 2015 à mai 2016, en site occupé. L’équipe d’Ingeni a opté pour deux thermofrigopompes du constructeur Climaveneta, chacune d’une puissance de 637 kW pour le froid, et 700 kW pour le chaud. Ces appareils, installés sur la terrasse de l’immeuble, reprennent le principe de fonctionnement d’un groupe à eau glacée. Cependant, la chaleur dégagée par le condenseur n’est pas dissipée dans l’air. Elle est récupérée par une boucle d’eau et alimente le réseau de chauffage. Les circuits de froid et de chaud disposent chacun d’un ballon tampon de 1 200 l pour stocker les surplus. Deux CTA double flux de marque Airchal complètent le dispositif.

Un réseau d’eau commutable.

Si la réhabilitation a conservé les ventilo-convecteurs existants, elle a modifié leurs caractéristiques. Les équipements qui soufflent près des fenêtres sont toujours reliés au réseau d’eau glacée d’origine. Mais ce dernier est devenu un système commutable et transporte du liquide chaud ou froid en fonction de la demande. En revanche, les ventilo-convecteurs orientés vers l’intérieur de l’édifice sont associés à un nouveau circuit d’eau glacée. « En zone interne, nous avons constaté un besoin constant de refroidissement, observe Philippe Sierra, directeur général d’Ingeni. A proximité des fenêtres, les déperditions thermiques requièrent une autre configuration. » Le réseau créé se compose de tuyaux en polymères et aluminium de Wavin. « Ces matériaux ne nécessitent pas de soudure et ne génèrent pas de déchet. Ils étaient adaptés pour des travaux en site occupé », analyse Baptiste Balzeau, directeur du département de génie climatique et électrique de Sodexo. L’opération devrait diviser par 2,5 les consommations du lot CVC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X