Territoires Architecture

« Revisiter les codes de l’immobilier de bureaux »

Mots clés : Architecture - Gestion et opérations immobilières

Questions à Jean-Paul Viguier, architecte

Désigné en juin dernier pour concevoir le nouveau siège social de Vinci à Nanterre, Jean-Paul Viguier signe d’autres opérations en Ile-de-France. Quel que soit le projet (immeuble de bureaux, tour, centre fiduciaire ou centre commercial…), l’architecte aime bousculer les codes : dans ses formes architecturales et dans le dialogue qu’il instaure avec l’espace public.

ous signez dans la ZAC Clichy-Batignolles un programme de bureaux, Season, conçu avec une jeune agence, Search. Ce type de collaboration est-il nouveau pour vous ?

Pour l’immeuble Season, je suis mandataire du concours gagné en 2014, mais nous avons une signature commune avec l’agence Search. Avec Caroline Barat et Thomas Dubuisson, nous revisitons les codes de l’immobilier de bureaux. Nous avons des règles précises entre nous, tout en conservant une forme de liberté dans nos propositions. Thomas Dubuisson a une grande vivacité, et de plus, il a fait un apprentissage international. Nous avons un accord que je qualifierais de conceptuel. Il est aussi le petit-fils de Jean Dubuisson, que j’admirais beaucoup…
Nous travaillons ensemble sur le projet Muse à Metz qui est particulièrement complexe. Le travail collaboratif avec de jeunes confrères n’est donc pas nouveau pour moi, mais je reconnais que peu d’architectes de ma génération partagent cette façon de voir. Confier une partie du projet, ou associer un jeune architecte à la fabrication d’un projet, sans le noyer dans une grosse équipe, permet de le rendre visible, qu’il ait des références pour rebondir sur d’autres commandes !

Issy-les-Moulineaux, vous concevez un nouvel immeuble en lieu et place d’une tour. Comment passe-t-on d’une écriture verticale à horizontale ?

Le projet de Pont d’Issy, dont le permis de construire a été délivré, se situe à l’emplacement où je devais réaliser la tour Imefa 52. Le maître d’ouvrage ne souhaitait plus se lancer dans ce projet d’immeuble de grande hauteur, et m’a demandé si je pouvais faire une « tour horizontale » de 65 000 m2. Le nouveau bâtiment fera 28 m de haut, avec de nombreux étages décalés en balcons. Il y a jusqu’à 15 m de porte-à-faux ! Une tour de 200 m est un ouvrage très précis, une mécanique d’horlogerie. J’en ai réalisé six et, à chaque fois, il faut revisiter tous les codes d’apprentissage et tout réinventer. Se pose la question de la lumière, de l’air, de la pression, du vertige…
Pour un immeuble horizontal, le sujet est ailleurs : il doit avoir une signature, une personnalité propre. Bien qu’horizontal, il restera un signal et marquera l’entrée dans la ville. Descendant jusqu’aux berges de la Seine, l’immeuble sera de plain-pied côté ville, connecté vers le RER avec une passerelle piétons.

utre programme, bien avancé, le Nouveau centre fiduciaire de la Banque de France à La Courneuve…

Situé à la place des anciennes usines Babcock, il s’agit du plus grand centre fiduciaire d’Europe (25 000 m2). L’architecture est assez compliquée avec des contraintes de sécurité monumentales. Le process est très sévère et rigoureux. Le site accueillera 400 à 500 personnes, avec de nombreuses circulations à l’intérieur, mais aussi vers l’extérieur, d’où l’existence de différents niveaux de contrôles. Malgré toutes ces contraintes, je dois créer des conditions de travail acceptables. J’ai donc séparé l’ensemble en deux parties, l’une pour les activités fiduciaires, avec une sécurité absolue, l’autre pour les bureaux, le restaurant… Tous les volumes sont très purs, opaques, fermés sur l’extérieur.
J’ai par ailleurs souhaité conserver un petit bâtiment Art déco, qui constitue un lien avec les nouvelles activités et la mémoire du site.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X