Territoires Lyon

Requalification réussie de la bibliothèque de la faculté de médecine

Mots clés : Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Manifestations culturelles

Fraîchement inaugurée, la bibliothèque universitaire de la faculté de médecine Rockefeller marque une étape importante dans la première phase de travaux de requalification de cet ensemble immobilier de 50 000 m2. Conduit par l’agence Vurpas, dans le cadre d’un marché-cadre remporté en 2011, ce projet de réhabilitation s’inscrit sur une quinzaine d’années. Une requalification lancée pour répondre à un défaut de conformité incendie du bâtiment et remettre cette université aux standards actuels. « Nous avons réalisé une analyse très poussée de cet ensemble bâti dans les années 1930 et avons rédigé une charte pour permettre au bâtiment d’évoluer dans le respect de ses qualités originelles », souligne Philippe Beaujon, architecte.

Retrait des gaines et des réseaux.

Cette première phase de travaux, chiffrée à 11 millions d’euros, englobe le traitement des ailes du bâtiment abritant notamment les salles de travaux pratiques, l’accueil, la bibliothèque et la maison des étudiants. Pour ce faire, un important travail de retrait des gaines et des réseaux a été conduit. « Nous avons créé une nouvelle distribution des réseaux pour libérer les plafonds qui étaient envahis par différentes couches de réseaux », illustre l’architecte. Libérant ainsi les espaces d’origine et redonnant aux plafonds caissons leur splendeur d’antan. Située au deuxième niveau du corps de bâtiment avant et accessible pour un escalier majestueux restauré, la bibliothèque universitaire a été entièrement repensée pour accueillir 7j/7 quelque 900 étudiants. « Nous avons à la fois restitué l’échelle d’origine et proposé des espaces de travail individuels aux étudiants », ajoute Philippe Beaujon. Les grandes salles de lecture prennent place dans les ailes latérales du bâtiment tandis que des espaces plus petits sont implantés le long des façades. Au côté du mobilier et des rayonnages en noyer plus foncés, les teintes claires confèrent au lieu calme et luminosité. Un travail soigné a été porté sur la lumière – en privilégiant l’éclairage indirect – ainsi que sur l’acoustique.

Dès l’an prochain, une seconde phase de travaux sera lancée et concernera les niveaux 3 et 4 du bâtiment. « Nous allons créer de nouveaux laboratoires et quelques amphithéâtres, mais aussi agrandir la bibliothèque pour qu’elle puisse atteindre sa capacité d’accueil maximale », annonce l’architecte. Cette deuxième tranche de travaux, d’une durée de quatre ans, devrait coûter 20 millions d’euros HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X