Territoires

Rennes Quel avenir pour les ateliers de maintenance de la SNCF ?

Mots clés : Transport ferroviaire

Une page est tournée. En inaugurant le Technicentre de la SNCF, construit à Saint-Jacques-de-la-Lande, Guillaume Pépy, président de la SNCF, l’a rappelé : « C’est un outil de travail très performant dont nous disposons maintenant. » Il est vrai que les 20 000 mètres carrés conçus par l’architecte Dominique Nicot n’ont rien à voir avec le site précédent, limitrophe de la gare de Rennes, qui était occupé depuis la fin du XIXe siècle. Au sud des rails, rue Pierre-Martin, la SNCF dispose d’un terrain de plus de 6 hectares. « Y sont implantés 28 bâtiments dont 4 ont une surface supérieure à 5 000 m² », indique Frédéric Goupil de Bouillé, directeur du développement et de l’entretien de l’immobilier chez SNCF Immobilier.

Une foncière de valorisation sur la table. Compris dans le périmètre de la ZAC EuroRennes, le site appartient à la SNCF. Pendant les travaux du pôle d’échanges multimodal, le service « voyages » s’est installé dans ces anciens bureaux. Et demain, une petite partie sera utilisée pour construire un nouveau quai pour les trains express régionaux (TER). « Il y aura une valorisation du reste du site avec Rennes Métropole », assure le responsable. Depuis le début du projet de ZAC EuroRennes, les pourparlers ont commencé mais le schéma directeur n’est pas fait. En revanche, nul besoin d’être grand clerc pour prédire une opération de promotion. D’ailleurs, l’hypothèse de la création d’une foncière de valorisation – comme La Poste l’a fait avec Postimmo – est sur la table de la SNCF.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X