Territoires

Rennes Premières livraisons en 2017 à EuroRennes

La parcelle dite du Trigone est idéalement située : à 300 m de la gare, au carrefour de deux axes majeurs, et à l’entrée de ZAC d’EuroRennes. De quoi donner aux trois immeubles R + 7 et R + 8 réalisés par Icade et Poste Immo une visibilité exceptionnelle. Conçu par l’architecte Gaëlle Hamonic associée à a/LTA (Le Trionnaire-Tassot), l’ensemble baptisé Urban Quartz développera 13 700 m² de surface de plancher dont 340 m² de commerces et deux niveaux souterrains de parking.

Repérables par le travail sur les triangles des façades – faits de cassettes en aluminium lisse, brossé ou encore perforé -, les trois bâtiments donneront une impression de cristal éclaté. De fait, la fiche de lots élaborée par les architectes de la ZAC impose le fractionnement, tout comme sur le site voisin de Féval. Résultat : une architecture assez proche dans les deux projets. Les deux premiers bâtiments d’Urban Quartz seront reliés grâce à un jeu de trois passerelles dont deux, placées l’une sur l’autre, viendront renforcer l’idée d’expansion. « Nous avons beaucoup travaillé sur l’éclatement et les morphologies qui en découlent », détaille Gaëlle Hamonic.
Dominique Feuvrier, directeur régional d’Icade espère une livraison à l’été 2017. D’ici là, il faudra désamianter et détruire le bâtiment actuel construit au début des années 1980. « Notre objectif est de démarrer les travaux de construction avant la fin de cette année », poursuit le responsable. Le permis de construire est à l’instruction, et le dossier de consultation des entreprises en cours de finalisation. Reste à choisir entre entreprise générale ou macrolots. Les travaux – hors désamiantage et démolition – s’élèvent à environ 19 millions d’euros HT.
Dans un premier temps, les deux premiers bâtiments seront édifiés afin qu’ils soient disponibles à la rentrée 2017. Le troisième viendra ensuite. « Nous serons à 205 euros/m² de loyer annuel. Euralille est à 220 et La Défense entre 450 et 500 euros. Nous avons une belle carte à jouer et notamment tous les atouts pour aller chercher des entreprises exogènes », assure Benoît Joncoux, en charge de la commercialisation. L’été 2017 sera donc l’heure de vérité pour EuroRennes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X