Régions

Remise en cause la négociation d’Amiens avec l’Anru

> Le maire, Gilles Demailly, veut « rattraper le retard cumulé dans les trois quartiers concernés », réduire les destructions, réhabiliter davantage. Il souhaite une réponse rapide de l’agence pour lancer les appels d’offres à l’automne. Il veut aussi bâtir vite de l’accession sociale à la propriété et de l’habitat en promotion libre. Une consultation est lancée pour un projet global d’aménagement d’Etouvie. Le coût passerait de 243 millions à 313 millions. 15 000 personnes habitent ces quartiers, soit 12 % des Amiénois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X