Territoires

Reims Métropole Rudy Ricciotti signe le futur siège du promoteur rémois Rédeim

Déjà laboratoire de l’habitat innovant (Le Moniteur n° 5845 du 4 décembre), Bezannes, près de Reims, fait également dans l’originalité pour son parc d’affaires, dont les 172 ha, idéalement situés au pied de la gare TGV Champagne-Ardenne, ont trouvé preneur. Après l’immeuble en « morceau de sucre » conçu par Wilmotte & Associés Architectes pour Cristal Union, c’est un autre grand nom, Rudy Ricciotti, qui signe le projet Zash, futur siège de Rédeim, promoteur rémois spécialisé dans l’immobilier commercial.

Sur une emprise au sol d’environ 2 700 m2, s’élèvera, d’ici à fin 2016, un bâtiment de type R + 3, dont la première singularité réside dans le fait que le rez-de-chaussée et le premier niveau seront occupés par un parking. « L’implantation d’un parking à l’intérieur du volume bâti, justifie le maître d’œuvre, permet de limiter l’impact des places de stationnement sur le paysage, depuis les axes de communication. »

Végétation omniprésente.

Afin d’atténuer l’impact, visuel cette fois, de ce parti pris audacieux, deux dispositions ont été adoptées : l’installation d’une peau en lames de bois horizontales, à l’extérieur de l’édifice et, à l’intérieur de celui-ci, la création de « jardinières filantes » en béton blanc et d’une sorte de cascade verte séparant les véhicules du cœur d’îlot végétalisé.

La végétation est, du reste, omniprésente dans cet immeuble dont les deux derniers niveaux seront entièrement dédiés aux bureaux – chaque plateau étant constitué d’une surface de 2 400 m2 de Shon. C’est ainsi que le cœur d’îlot accueillera des essences persistantes, dispositif complété par le traitement paysager de la toiture.
Les fameuses jardinières filantes seront superposées suivant un ordre aléatoire, « tel un relief artificiel », comme le précise le concepteur. L’architecture ondulante du bâtiment évoque, de fait, des courbes de niveau cartographiques. « Rudy Ricciotti a eu quasiment carte blanche sur l’aspect esthétique », précise Stéphane Marange, directeur de la communication, du marketing et de la prospective chez Rédeim.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X