Technique et chantier

Réhabilitation Création de logements dans le vieux bâti parisien

Mots clés : Architecte - Architecture - Création d'entreprise - Politique du logement - Produits et matériaux - Rénovation d'ouvrage - Second oeuvre - Sécurite civile - Sécurite des ouvrages

Un immeuble d’habitation du XVIIe siècle est réhabilité au cœur de Paris. La desserte par deux escaliers des logements sur cour concilie les impératifs de sécurité incendie et de restauration à caractère historique.

Abandonné et ruiné depuis des années, l’immeuble situé au 9 de la rue Simon-Le Franc, à Paris, renaît. Dans le vieux bâti parisien, l’architecte, Jérôme Leroy, s’est vu confier la mission de créer 15 logements sociaux dans cet immeuble du XVIIe siècle. L’édifice, qui est inscrit dans le Plan de sauvegarde de mise en valeur du Marais comme étant à conserver, présente un corps de bâtiment sur rue et un autre autour d’une cour intérieure. Chacun des corps de bâtiment est desservi par un escalier en bois à conserver (un d’époque Louis XIII et un d’époque Louis XIV), dont les caractéristiques architecturales peuvent rendre difficile l’évacuation des logements en cas d’incendie. « Nous avons proposé d’ajouter un escalier pour que chaque logement sur cour soit desservi par deux escaliers, dont un constituant toujours au moins une issue possible en cas d’incendie », commente ­Jérôme Leroy.

Cette disposition a permis à l’architecte de faire restaurer « à l’identique » les deux escaliers en bois, réglant ainsi l’évacuation des personnes et la sauvegarde des deux beaux escaliers aux emmarchements irréguliers. « Les marches ont été recalées une par une, dégagées de leur sous face en plâtre sur baccula, parfois changées et retraitées dans d’anciennes solives récupérées sur place », précise l’architecte. Après consolidation des charpentes d’escaliers, les marches ont été restituées dans leur état d’origine avec tomettes posées sur forme en plâtre. Les ferronneries du garde-corps de l’escalier Louis XIV ont été complétées avec des fers au dessin simplifié.

Maîtrise d’ouvrage : SEM Paris Centre (réhabilitation et logements sociaux) et mairie de Paris (centre d’animation). EMaîtrise d’œuvre : Atelier Michel Quent-Jérôme Leroy (architectes) ; Argile (BET structure) ; Eurogem (BET fluides) ; TCE R. Gueno (économiste).

Architecte des bâtiments de France : Sophie Hyafil.

Bureau de contrôle : Batiplus.

Coordonnateur SPS : Coseba.

Principales entreprises : SRC (entreprise générale), assistée de Biic (BET), Cardoso (menuiserie escalier), Paris Charpente (charpente), Art toit (couverture), MDR (ravalement), Omnibat (pierre), Vive (pavage).

Surfaces : 1 270 m2 utiles et 1 000 m2 habitables.

Coût travaux : 2 000 euros/m2.

Délai du chantier : 18 mois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X