Territoires

Région Volume de prêts historique à la Caisse des dépôts

En 2015, la Caisse des dépôts Ile-de-France (CD IdF) a octroyé 5,285 milliards d’euros de prêts, ce qui représente « un sommet historique », indique Régis Pélissier, directeur régional Ile-de-France de la Caisse des dépôts. Si l’essentiel – 4,1 milliards d’euros – est allé vers le secteur du logement social et de la politique de la ville, la Caisse des dépôts a aussi prêté 1 milliard d’euros à la Société du Grand Paris (SGP) pour réaliser le Grand Paris Express. Elle a encore financé des projets comme le campus Grand Parc à Villejuif, lié à l’Institut Gustave-Roussy (à hauteur de 10 millions) ou la reconstruction du Centre hospitalier de Melun (à hauteur de 50,3 millions).

« Loin d’être dans une logique de guichet, nous examinons les projets des collectivités en amont. Il s’agit pour nous d’aider un territoire à passer de l’idée au projet. Pour cela, nous avons renforcé nos moyens d’ingénierie territoriale », précise Régis Pélissier. La CD Ile-de-France a fait par ailleurs évoluer ses interventions selon les exigences de son territoire. Ainsi, elle a créé un prêt Gaïa Grand Paris – à destination des collectivités, des SEM, des EPF (établissements publics fonciers) – pour maîtriser le foncier en allongeant la durée du prêt jusqu’à 20 ans.
Axes stratégiques. Pour 2016, la CD Ile-de-France travaille à l’approfondissement d’« axes stratégiques » pour les cinq ans à venir. D’abord, en densifiant ses relations avec les partenaires : région, Etat, SGP, Métropole du Grand Paris. Il s’agit, d’autre part, d’approfondir l’action opérationnelle sur le terrain. La candidature de Paris aux JO de 2024 intéresse la CD Ile-de-France : elle possède 12 ha de terrain à Saint-Denis, ville pressentie pour accueillir le village olympique. Enfin, l’institution entend être présente dans les services urbains en signant des partenariats avec les grands syndicats, Syctom et Siaap, pour travailler à des projets d’investissement. « Nous veillerons toujours à l’égalité des territoires, conclut Régis Pélissier. Notre objectif à 30 ans, c’est de faire en sorte que Paris, le Grand Paris, l’Ile-de-France continuent de jouer dans la cour des grandes métropoles comme New York ou Londres. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X