Territoires

Région Volume de prêts historique à la Caisse des dépôts

En 2015, la Caisse des dépôts Ile-de-France (CD IdF) a octroyé 5,285 milliards d’euros de prêts, ce qui représente « un sommet historique », indique Régis Pélissier, directeur régional Ile-de-France de la Caisse des dépôts. Si l’essentiel – 4,1 milliards d’euros – est allé vers le secteur du logement social et de la politique de la ville, la Caisse des dépôts a aussi prêté 1 milliard d’euros à la Société du Grand Paris (SGP) pour réaliser le Grand Paris Express. Elle a encore financé des projets comme le campus Grand Parc à Villejuif, lié à l’Institut Gustave-Roussy (à hauteur de 10 millions) ou la reconstruction du Centre hospitalier de Melun (à hauteur de 50,3 millions).

« Loin d’être dans une logique de guichet, nous examinons les projets des collectivités en amont. Il s’agit pour nous d’aider un territoire à passer de l’idée au projet. Pour cela, nous avons renforcé nos moyens d’ingénierie territoriale », précise Régis Pélissier. La CD Ile-de-France a fait par ailleurs évoluer ses interventions selon les exigences de son territoire. Ainsi, elle a créé un prêt Gaïa Grand Paris – à destination des collectivités, des SEM, des EPF (établissements publics fonciers) – pour maîtriser le foncier en allongeant la durée du prêt jusqu’à 20 ans.
Axes stratégiques. Pour 2016, la CD Ile-de-France travaille à l’approfondissement d’« axes stratégiques » pour les cinq ans à venir. D’abord, en densifiant ses relations avec les partenaires : région, Etat, SGP, Métropole du Grand Paris. Il s’agit, d’autre part, d’approfondir l’action opérationnelle sur le terrain. La candidature de Paris aux JO de 2024 intéresse la CD Ile-de-France : elle possède 12 ha de terrain à Saint-Denis, ville pressentie pour accueillir le village olympique. Enfin, l’institution entend être présente dans les services urbains en signant des partenariats avec les grands syndicats, Syctom et Siaap, pour travailler à des projets d’investissement. « Nous veillerons toujours à l’égalité des territoires, conclut Régis Pélissier. Notre objectif à 30 ans, c’est de faire en sorte que Paris, le Grand Paris, l’Ile-de-France continuent de jouer dans la cour des grandes métropoles comme New York ou Londres. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X