Territoires

Région Un impact encore limité du travail à distance sur le parc de bureaux

Mots clés : Travail

Jusqu’alors considéré comme une mesure d’accompagnement mise en œuvre par les entreprises qui déménagement en périphérie, le travail à distance tend à se développer en Ile-de-France sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs : l’explosion des TIC (Technologies de l’information et de la communication), l’évolution des modes de vie et de travail, la dégradation des conditions de transports… Si le travail à distance a encore essentiellement pour cadre le domicile du salarié, le nombre de tiers lieux progresse régulièrement. Fin 2014, le spécialiste de la mise en place du télétravail LBMG Worklabs en recensait 334, répartis entre 214 centres d’affaires, 105 espaces de coworking (espaces de travail partagé) et 14 télécentres.

5 % du parc de bureaux inoccupé.

Cette montée en puissance a conduit l’Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise (Orie) en Ile-de-France a réalisé une étude sur « Travail à distance : quels impacts sur le parc de bureaux ? » présentée en février dernier. A l’horizon 2030, retenant une croissance du PIB de 2 % par an, l’Orie estime qu’entre 600 000 et 800 000 salariés (sur 3,1 à 3,2 millions d’actifs occupant un emploi tertiaire) travailleraient à distance dont 30 000 à 40 000 dans des tiers lieux, ce qui représenterait entre 2,5 millions et 3,2 millions de m2 de bureaux inoccupés, soit 5 % du parc contre 1 à 4 % aujourd’hui. Ces surfaces ne seraient pas forcément inutilisées mais réorganisées en salles de réunions, espaces collaboratifs… Dans le même temps, 125 000 à 600 000 m2 de bureaux seraient utilisés en tiers lieux. Pour l’Orie, l’impact du travail à distance sur le parc de bureaux reste limité. Les freins sont encore nombreux : juridique (principe de réversibilité), comportemental (management présentiel…), économique (coût de location des tiers lieux…). Mais, conclut-il, la demande de bureaux en tiers lieux devrait augmenter, notamment pour accompagner les besoins des travailleurs indépendants.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X