Régions

Redémarrage des ventes de logements anciens

Selon la chambre des notaires de Paris, 21 016 ventes d’appartements anciens ont été enregistrées sur Paris et la petite couronne en décembre 1996 et janvier 1997, soit une progression de 142 % par rapport à la période de référence 1995-1996.

Mais cette forte activité, liée en grande partie à l’annonce fin 1996 de la non reconduction de la baisse des droits de mutation au 31 janvier 1997, qui a conduit les acquéreurs potentiels à anticiper considérablement leur décision, s’est brutalement interrompue en février et mars. Seulement 1 883 ventes ont été réalisées, soit une baisse de 76 % par rapport à février et mars 1996.

A partir d’avril, un rythme normal de transactions semble peu à peu s’être retrouvé sur le marché de l’ancien.

« L’activité approche globalement les niveaux observés pendant la même période de 1996 », précisent les notaires.

Quant aux prix, ils ont baissé à Paris de 5,37 % en un an (à 15 145 francs le mètre carré). Mais cette baisse s’atténue progressivement : l’an dernier, à la même époque, on constatait un recul de 9,13 % sur douze mois. L’arrondissement le plus affecté par cette tendance à la baisse est le IVe arrondissement (- 11,4 %, à 18 588 francs le mètre carré). Le VIe est l’arrondissement qui résiste le mieux (+ 2 %). C’est aussi, pour le deuxième trimestre consécutif, le plus cher de Paris (22 016 francs).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X