Architecture Fondations

Recouvrir maintenant pour bâtir demain

Mots clés : Fondation - Second oeuvre - Transport ferroviaire

La couverture des voies ferrées d’Austerlitz, conduite sous de fortes contraintes, a nécessité un phasage minutieux.

A l’horizon 2050, pas moins de 75 % de la population mondiale vivra en milieu urbain. Dans une ville comme Paris – déjà l’une des plus denses d’Europe -, comment accueillir cet afflux de nouveaux habitants sans accentuer l’étalement urbain et donc sans artificialiser les terres agricoles environnantes ? L’une des solutions à cette équation urbanistique complexe consiste à couvrir les principales infrastructures de transports à ciel ouvert, comme les autoroutes urbaines ou les voies ferrées. L’objectif ? Créer du foncier constructible pour y développer de nouveaux projets immobiliers.

C’est le sens de la ZAC Paris Rive Gauche, lancée à la fin des années 1980. Il s’agit, selon la société d’étude, de maîtrise d’ouvrage et d’aménagement parisienne (Semapa), de « la plus grande opération d’urbanisme menée dans la capitale depuis les travaux haussmanniens du XIXe siècle ». D’ici à 2025, 130 ha seront ainsi nouvellement aménagés dans le XIIIe arrondissement, entre la gare d’Austerlitz et le boulevard périphérique, dont 26 ha au droit du faisceau ferroviaire de la gare d’Austerlitz. Près de 20 000 habitants et 60 000 salariés y sont attendus.

Si les premiers bâtiments du nouveau...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5942 du 29/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X