Architecture Technique Lyon

Reconversion d’envergure du Grand Hôtel-Dieu

Mots clés : Conservation du patrimoine

L’adaptation de ce vaste monument historique à des fins commerciales et culturelles fait appel à de multiples corps d’état et impose une logistique pointue.

Plus grande opération privée de rénovation d’un monument historique en France, le chantier du Grand Hôtel-Dieu de Lyon ne comporte par de prouesses techniques mais reste « très difficile », selon Bernard Vitiello, directeur de projet chez Eiffage Immobilier. Du fait de délais d’exécution courts et de sa complexité organisationnelle.

Les travaux ont commencé début 2015 après la signature d’un bail à construction de 99 ans. L’équipe de maîtrise d’œuvre composée du cabinet d’architecture AIA et de l’architecte en chef des Monuments historiques Didier Repellin, avait travaillé depuis 2011 avec la Direction régionale des affaires culturelles afin d’obtenir l’autorisation de travaux pour intervenir dans cet hôpital où François Rabelais exerça la médecine. Neuf tranches de fouilles ont été conduites depuis 2014 avec le Service archéologique de la Ville de Lyon, notamment à l’emplacement du parking construit à flanc de la nappe phréatique.
Depuis 2015, l’ensemble des bâtiments a été mis à nu, désamianté, curé, déplombé. Tous les éléments ajoutés au fil des siècles (cloisons, revêtements muraux) ont été enlevés pour redécouvrir les plafonds et les sols d’origine, et parfois des ouvertures ou voûtes oubliées obligeant à adapter le projet. « Pour ce chantier, nous faisons appel à tous les corps de métier du groupe », note Bernard Vitiello. En particulier à des tailleurs de pierre pour la reprise de certains encadrements ou à des façadiers pour le gommage complet de ces 55 000 m² de façades en bord du Rhône. Cette opération mobilise aussi une importante équipe de maîtrise d’œuvre, une centaine de personnes au total, pour assurer la conduite de ce projet clés en main.

Contraintes acoustiques.

L’adaptation de ce monument historique en projet commercial ne pose pas de problème majeur. Les modifications structurelles sont classiques : structure poteaux-poutres pour le parking, création de trémies d’ascenseurs… Les contraintes acoustiques sont plus délicates à résoudre, en particulier pour les chambres et le lobby de l’hôtel 5 étoiles situé sous le grand dôme. Aucun doublage n’est possible. Seuls des enduits à la chaux sont autorisés. « Un gros travail est réalisé sur le traitement de l’air, le positionnement des grilles d’aération, sur les matériaux, sur le cloisonnement », indique Thierry Brossard, directeur du projet Grand hôtel-Dieu chez Eiffage Construction. Plus globalement, il s’attache à fluidifier l’organisation et la logistique de ce chantier situé en plein centre-ville. Eiffage utilise son dépôt de Ternay, à 20 km de Lyon, pour « délocaliser toutes les grosses livraisons » qui sont ensuite acheminées sur place par deux sociétés extérieures, spécialistes de la logistique urbaine. Une autre plate-forme a été aménagée sur un terrain de la Métropole de Lyon, dans le 7e arrondissement, pour garer les véhicules personnels des compagnons et des utilitaires, ce parking relais étant relié au chantier par une ligne de transport en commun.

« Nous avons aussi aménagé de petits magasins par lots », précise Thierry Brossard qui est engagé avec toutes ses équipes dans une course contre la montre pour livrer commerces, bureaux, logements et deux tiers des cours et jardins début décembre 2017, pour la Fête des lumières. Une seconde échéance est programmée au dernier trimestre 2018 pour l’hôtel Intercontinental, le Centre de convention et la Cité de la gastronomie dont il reste à affiner la structure de gouvernance. Un groupement d’intérêt public ou une fondation sera le maître d’ouvrage de cet équipement dédié à l’alimentation et à la santé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Promotion : Eiffage Immobilier. Maître d’ouvrage : Crédit agricole Assurances (sauf pour la Cité de la gastronomie). Architectes : cabinet AIA (Claire Bertrand et Albert Constantin) et Didier Repellin, architecte en chef des Monuments historiques. Entreprise générale : Eiffage Construction. Coût : plus de 200 millions d’euros.

ENCADRE

51 000 m² de surface, dont 8 000 m² de cours et jardins ; 55 000 m² de façades.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X