Territoires Strasbourg

Recomposition du Palais de la musique et des congrès

Mots clés : Manifestations culturelles

Avec la livraison mi-mai des 8 000 m² de l’extension Herrenschmidt, le Palais de la musique et des congrès (PMC) de Strasbourg entre dans sa dernière année de travaux. Débuté en août 2013, le chantier programmé par l’Eurométropole de Strasbourg poursuit un double objectif : améliorer les conditions d’exercice de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg (OPS) et doubler la capacité d’accueil de l’activité de congrès.

Sur le premier bâtiment construit en 1974 (PMC 1), une rénovation lourde a optimisé les surfaces de bureaux et les apports de lumière naturelle, tandis qu’une extension de 2 000 m² a créé des salles de répétition pour l’OPS, avec une acoustique et une hygrométrie aux standards actuels. Remis aux normes PMR, l’auditorium Erasme (2 000 places) bénéficie d’un hall d’entrée dédié. De l’autre côté, l’extension Herrenschmidt (PMC 3) inclut un hall d’exposition modulable de 3 000 m², six salles de réunion et une salle de commission de 500 places, et des bureaux pour l’exploitant Strasbourg Evénements. Le cabinet strasbourgeois Rey-Lucquet Architecte, mandataire associé à l’agence autrichienne Dietrich Untertrifaller Architekten et au bureau d’études OTE Ingénierie, s’est inspiré pour cette extension de la trame triangulaire du plan et de la structure du PMC 1. « Nous avons travaillé dans la continuité de l’existant aussi pour les façades, avec un jeu aléatoire de pleins et de vides ouvrant sur le péristyle », indique Serge Lucquet. Les colonnes en Inox de 14 m, qui engloberont à terme les trois ailes du site, sont la signature architecturale du nouveau PMC.

Grandes hauteurs sous plafond.

Le chantier se concentre sur le bâtiment PMC 2 de 1988. Seule sa structure a été conservée après déconstruction par Pertuy Construction (Groupe Bouy-gues), chargé du macrolot principal, même si des dalles ont été supprimées pour donner de la hauteur aux salles de congrès. Un nouvel amphithéâtre de 520 places complétera la salle Schweitzer qui passe de 900 à 1 200 places. L’optimisation du plan permet de créer dix salles de commission (100 à 120 places) et une 3e cuisine, les espaces restauration étant portés à 2 000 m².

L’une des difficultés a été l’impossibilité de suspendre l’activité du PMC, et des délais limités à trois ans. « Un phasage délicat pour les fluides et l’électricité, et pour les systèmes de sécurité incendie », indique John Pernoux, chef de projet OTE Ingénierie. Autre contrainte : un budget de 52,68 millions HT pour réhabiliter 32 400 m² et créer 11 800 m² supplémentaires. Les travaux incluent l’installation de pompes à chaleur sur la nappe phréatique pour le chauffage-rafraîchissement, le raccordement au réseau de chaleur urbain étant aussi en cours.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X