Edito

Rachat

Mots clés : Logement social

Le vent a tourné. La semaine dernière, ici même, nous nous demandions si le logement avait été rayé de ses priorités par le gouvernement, au vu de ses prévisions budgétaires en forte baisse.

Et voilà que les pouvoirs publics demandent aujourd’hui aux grands bailleurs sociaux d’acquérir 30 000 logements proposés à la vente par des promoteurs privés, sur des programmes où les travaux n’ont pas encore commencé (voir p.14).

Quelles sont les raisons d’un tel revirement ?

Sûrement, pour une bonne part, l’obstination de la ministre du Logement à marteler qu’un logement n’est pas un produit ordinaire, mais la composante centrale du droit à la dignité de toute personne humaine.

Mais aussi, puisque les derniers chiffres du chômage sont inquiétants et le dévissage des mises en chantier tout autant, le rappel général qu’un logement en moins, c’est deux emplois détruits.

Alors, sans pour autant revenir sur son projet de budget, le gouvernement fait d’une pierre deux coups.

D’une part, il prend en compte la crise du logement en rendant plus crédible le chiffre de 140 000 logements sociaux, qui était l’objectif affiché pour 2008. Etant précisé qu’un logement est d’abord social par le statut du type d’occupant auquel il est destiné.

D’autre part, il contribue au maintien de l’activité de l’outil de production. En soutenant l’emploi dans les entreprises de bâtiment. Sans oublier les recettes fiscales liées à cette sauvegarde d’activité.

Les principes étant posés, il reste à fixer leurs modalités de mise en œuvre.

Où seront rachetés ces logements ? Les bailleurs sociaux optent pour les zones où le marché locatif est tendu, et fuiront les zones saturées par l’offre locative de produits défiscalisés.

A quel prix ? Avec une décote, qui se situera aux alentours de 25 %. Certains bailleurs sociaux envisagent déjà de pouvoir revendre, d’ici une dizaine d’années, une quote-part de ces logements. Comment ne pas penser à la plus-value réalisée jadis par l’Etat après le sauvetage d’Alstom…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X