Management et prévention

QUESTIONS À Pierre Gachet, président de l’association « Peintres et peintures pour la France ».

« Nous voulons susciter des vocations »

Depuis plus de deux ans, le bus « La Peinture, mon futur ! » sillonne la France. En quoi consiste cette opération ?

Nous invitons des jeunes de quatrième et de troisième des régions que nous parcourons à visionner des films de présentation sur la peinture et ses métiers. Notre bus, transformé en cinéma, reste environ six semaines dans chaque région. Il sillonne la France vingt semaines par an ! En parallèle, nous profitons des mercredis où les collégiens ne vont pas à l’école pour participer à des actions locales comme, par exemple, des forums emplois ou des salons métiers.

Quels objectifs poursuivez-vous avec cette opération ?

Ils sont doubles. D’une part, susciter des vocations en améliorant l’image de la profession auprès des jeunes. D’autre part, en réunissant les entreprises de peinture et les distributeurs autour d’un projet commun, nous favorisons les échanges entre les acteurs de la filière.

Quel bilan tirez-vous à mi-parcours ?

L’opération communication a parfaitement fonctionné. Bretagne, Rhône-Alpes, Alsace, Franche-Comté, Paca… les retombées dans les médias de presse écrite, radio et télévision ont été nombreuses. Quant aux jeunes, ils ont découvert que la peinture était un métier technique qui avait beaucoup évolué, notamment en termes de mécanisation. Malgré ces signes encourageants, il faudra prévoir des piqûres de rappel. Le bus s’arrêtera prochainement dans l’Aude, l’Hérault et le Gard.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X