Régions

QUESTIONS À… Philippe moulia directeur d’Eiffage Construction Nord Aquitaine, président régional d’EGF-BTP« Nous ne construirons plus jamais comme avant »

Mots clés : Conjoncture économique - Entreprise du BTP

MQuelle est la situation des entreprises générales en Aquitaine ?

Par rapport aux autres régions, nous sommes relativement moins touchés. Pour l’instant, le repli d’activité est certain, mais moins accentué qu’en Midi-Pyrénées. Notre économie est axée sur le résidentiel et les infrastructures, alors que nos voisins sont plus touchés par un tissu industriel en repli d’activité.

MVotre inquiétude principale porte sur la baisse des prix ?

En effet, en tant que président régional d’EGF, je constate une chute anormale des prix, de l’ordre de 15 à 20 %, qui désoriente nos clients privés et collectivités locales. Ce n’est pas sain. Cette chute correspond à une panique des chefs d’entreprise qui voient diminuer leurs carnets de commande. Mais à force de casser les prix, nous risquons de reproduire les erreurs du passé, avec des prix anormalement bas qui fragilisent les entreprises et toute la filière du BTP. Cela va coûter cher en service après vente, en malfaçons. Sans oublier l’impact sur les assurances et, au final, il y aura des dépôts de bilan d’ici à 18 mois, directement liés à ces prix bas. Nous avons fortement investi en apprentissage, en formation, il ne faut surtout pas casser cet outil, nécessaire à la reprise.

MQuel est votre constat sur le plan de relance et votre message ?

Notre message est qu’il faut continuer à investir, à recruter, pour être prêt lors de la relance. Le plan de relance, c’est d’abord un effet visible lié au remboursement anticipé de la TVA. Les collectivités ont joué le jeu et investi dans le cadre des 1 000 projets. Mais à moyen terme, il reste plus urgent que jamais de se décider rapidement – cet été – sur ce grand projet qu’est la LGV pour lancer les travaux d’ici à 2011. Enfin, je pense que cette crise va modifier profondément et durablement nos habitudes, aux entreprises comme aux donneurs d’ordre : nous ne construirons plus jamais comme avant. Nous devons intégrer toutes les nouvelles exigences en matière d’environnement, de chantier propre, de construction durable, mais aussi de comportement de consommation, de rapport à l’espace. Cela va refonder un nouveau mode de construction.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X