Actualité

QUESTIONS À Philippe Klein, président de l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa)

Mots clés : Architecte - Architecture - Manifestations culturelles

« Replacer l’économique au cœur de l’action de l’Unsfa »

Vous succédez à Michel Roulleau à la présidence de l’Unsfa. Quelle est votre priorité ?

Je veux repositionner l’Unsfa, syndicat d’employeurs qui a pour mission de défendre l’intérêt des entreprises d’architecture et en particulier de ses adhérents, sur le développement économique. Cette priorité a été un peu négligée ces dernières années au profit du culturel. Or, 30 % des entreprises d’architecture sont actuellement en grande difficulté financière.

Votre ministère de tutelle, le ministère de la Culture, peut-il vous aider à atteindre votre objectif ?

Au ministère de la Culture, l’architecture est diluée au milieu des musées, des archives, du patrimoine… un peu comme si elle était rangée sur une étagère du passé. Le ministère n’a ni ambition pour les architectes, ni vision, ni même de moyens en adéquation avec les nouvelles demandes sociétales. Nous avons pourtant besoin d’une solide formation pour tenir toute notre place dans le monde que nous avons à construire.

Vous critiquez tout particulièrement l’HMONP ?

L’Habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP) illustre en particulier cela. Récente, cette formation professionalisante n’est pas à la hauteur de nos attentes pour préparer les jeunes architectes à la complexité de notre métier. Pour avancer sur ce dossier comme sur bien d’autres, il nous faut quitter notre tutelle culturelle inappropriée et absente, et rejoindre le Meeddm (ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X