Régions

QUESTIONS À… Jacques Santer, ancien président de la Commission européenne et invité d’honneur de l’édition 2008 du « Salon à l’envers »

Mots clés : PME - Politique énergétique - Réglementation européenne

« L’avenir de la grande région passe par des synergies entre PME »

Pourquoi avez-vous accepté d’intervenir ce 23 octobre à Thionville, dans le cadre du « Salon à l’envers » de l’association Entreprendre en Lorraine Nord ?

Cette initiative me semble intéressante à un double titre : d’abord par sa formule non conventionnelle, innovante et dynamique, qui traduit bien l’esprit entrepreneurial, mais surtout parce qu’elle se situe résolument dans le cadre de coopération au sein de la grande région Saar-Lor-Lux. La création du grand marché européen sur la base des quatre libertés de circulation des personnes, des marchandises, des services et du capital revêt pour notre territoire de près de 11 millions d’habitants une importance considérable.

Quels types de partenariats pouvez-vous imaginer entre les entreprises du nord de la Lorraine et leurs homologues luxembourgeoises ?

Les partenariats, voire simples synergies, intéressent d’abord les petites et moyennes entreprises qui constituent l’équipe dorsale de notre économie régionale. J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt, il y a quelques années, la naissance de Deulux, une foire bisannuelle qui se tient alternativement en Allemagne et au Luxembourg. Un grand nombre de partenariats se sont déjà développés. Le marché régional va devenir de plus en plus interdépendant et suscitera de nouvelles opportunités, grâce à des instruments juridiques comme les groupements d’intérêt économique.

Ces échanges de services transfrontaliers entre entreprises peuvent-ils contribuer à une renaissance de l’enthousiasme européen dans les opinions publiques nationales ?

Je suis convaincu que dans l’Europe de demain,

les régions transfrontalières vont jouer un rôle grandissant. Même si les nations vont continuer à subsister, les citoyens vont dépasser les clivages formés jadis par les frontières et se retrouver dans des communautés de destin forgées par une histoire commune. Dans cet espace régional, ils vont pouvoir trouver des solutions aux problèmes de l’emploi, de l’organisation des services sociaux ou des loisirs. Si effectivement on veut rapprocher l’Europe des citoyens, ce n’est qu’à travers la vitalité et le dynamisme régional.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X