Régions

QUESTIONS À… Claude Sturni, maire de Haguenau (1)« Une nouvelle page pour le centre-ville »

Mots clés : Collectivités locales - Démarche environnementale - Développement durable - Rénovation urbaine

MQu’attendez-vous des jours d’échanges avec les habitants de Haguenau, qui se sont déroulés du 12 au 21 juin sous le nom d’Agora ?

Ce rendez-vous avec la population intervient au moment où s’achève la phase de diagnostic, dans la perspective d’un projet territorial de développement durable candidat au label Agenda 21 (2). A raison d’un thème par jour, il s’agit d’expliciter les enjeux et d’échanger des idées à travers des débats, une exposition et notre site web. Dans le domaine de l’aménagement, nous avons profité d’Agora pour proposer, le 13 juin, une visite commentée du centre-ville, en phase d’extension dans le cadre de l’opération Barberousse. Cette visite a occasionné l’ouverture d’un premier passage dans le nouveau quartier.

MAvec la création d’une zone de rencontre, avez-vous souhaité démontrer, dès cette première année de mandat, l’importance de la mobilité douce ?

L’aménagement définitif de la zone de rencontre (3), à l’automne prochain, validera une méthode. A partir de l’été 2008, nous avons expérimenté la piétonnisation, pendant les week-ends, puis pendant la semaine de la mobilité durable, d’un secteur que nous avons baptisé Page, à la fois acronyme de Place d’armes, Grand rue, Eglise Saint-Georges, et symbole d’une nouvelle page dans l’histoire du centre-ville. L’observation des comportements a montré qu’entre nos deux plateaux piétonniers, il y a une place pour de nouveaux espaces de convivialité, sans pour autant exclure la voiture.

MQuelle vision développez-vous autour des gares routière et ferroviaire ?

Dans le cadre du « contrat ville moyenne » que nous avons récemment signé avec la région, nous engagerons cet automne une étude de définition qui traitera de tous les enjeux : intermodalité, entrée de ville, liaison avec le centre-ville, évolution des commerces et de l’espace Vieille-Ile, actuellement dédié au stationnement automobile de surface. Pour reconstruire le bâtiment gare, nous n’excluons pas un montage en partenariat public-privé.

MComment évolue le dossier des casernes Thurot ?

Les débats d’Agora nous aideront à fixer les axes sur lesquels nous développerons l’idée d’un écoquartier. Pour finaliser la cession des 11 ha concernés à proximité du centre-ville, il faut tenir compte des besoins de l’Armée, évalués à un hectare pour des constructions neuves : le nombre de militaires passera de 1 800 à 2 400, dans le cadre du reformatage de la Défense. D’autre part, le ministère de la Justice réservera un bâtiment pour y aménager le nouveau tribunal d’instance, rendu nécessaire par la suppression des sites de Wissembourg et Brumath. Grâce au travail en amont avec l’architecte des Bâtiments de France, nous avons des idées sur la manière d’ouvrir les casernes vers la ville, tout en conservant une partie des constructions en brique de l’époque de l’annexion.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) 36 000 habitants, deuxième ville du Bas-Rhin.(2) Assistant au maître d’ouvrage : cabinet Argos.(3) Maître d’œuvre : Atelier Villes & paysages, Weber et Keiling, Serue, Atelier Lumière.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X