Annuel aménagement

Quel futur pour le Grand Paris ?

Mots clés : Architecte - Architecture - Maîtrise d'œuvre - Services urbains - Transport collectif urbain

Panorama synthétique des propositions formulées par les dix équipes d’architectes missionnées par le Président de la République.

Il y a quarante ou cinquante ans, des décisions majeures ont été prises, des investissements publics colossaux ont été engagés : la création de lignes de métro rapide régional (RER) se croisant à Châtelet sous un nouveau centre commercial (les Halles), la construction d’une autoroute urbaine en rocade (le périphérique), l’implantation de cinq villes nouvelles en seconde couronne, la création d’un quartier d’affaires (La Défense) en proche banlieue dans l’axe des Champs-Elysées… Autant de choix stratégiques déterminants qui ont façonné la capitale dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Quelles sont les décisions du même ordre, de la même ampleur, à prendre aujourd’hui pour permettre au Grand Paris d’affronter les défis du XXIe siècle, d’orienter au mieux son développement, tout en améliorant les conditions de vie de ses habitants ? Certes, Paris n’est pas une mégalopole à croissance exponentielle comparable à celles d’Asie. L’essentiel de la métropole des trente prochaines années est déjà là, y compris dans sa composante démographique, puisque sa population ne devrait probablement pas dépasser les 12 millions d’habitants.

Il n’empêche qu’en l’état actuel des choses, le manque de logements, la congestion des moyens de transport, les déséquilibres sociaux, la rareté des espaces verts ou naturels entraînent des dysfonctionnements qui risquent, à terme, d’affaiblir son efficacité économique et son attractivité. L’urgence est là, renforcée par le réchauffement climatique et l’impératif de concevoir une ville « durable ».

Mais la « gouvernance » de la capitale française n’est plus la même qu’il y a cinquante ans. La décentralisation est passée par là. La région détient une forte capacité d’investissements et on imagine mal que l’avenir ne doive être négocié même si un secrétariat d’Etat au développement de la région capitale a été créé en mars 2008.Plusieurs projets existent déjà, de prolongements de ligne RER, de création de métro en banlieue, de renforcement de pôles économiques, de construction de logements et de densification, projets pour la plupart consignés dans le Sdrif, le schéma directeur de la région Ile-de-France.

En prenant l’initiative de confier à dix équipes conduites par des architectes-urbanistes le soin d’imaginer le Grand Paris de 2050, Nicolas Sarkozy a voulu sortir des sentiers battus de la planification urbaine traditionnelle. Il renouvelle le genre pour en appeler à la créativité, au foisonnement des idées, à la diversité des méthodes, à la confrontation des points de vue, aux regards venus d’ailleurs en Europe.

Les propositions des dix équipes, qui sont exposées à la Cité de l’architecture à Paris jusqu’au 22 novembre 2009, ne sont pas des projets prêts à être mis en œuvre mais des suggestions, des stratégies, des principes mis en image et étayés par des analyses d’universitaireset d’experts. Ils constituent un moment de respiration et de réflexion salutaire et dessinent autant de scénarios possibles pour le futur du Grand Paris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X