Dossier Conception

Quand l’insolite déjoue les contraintes

Derrière leur diversité, les habitats de loisirs atypiques doivent respecter des conditions d’implantation précises et répondre à des contraintes techniques spécifiques selon leur environnement. Le tout sans faire l’impasse sur un certain confort, même en plein air !

Même les mots font leur valise ! Prenez glamour, prenez camping, vous obtenez « glamping ». C’est par ce terme que l’on désigne le tourisme pratiqué dans des hébergements alternatifs (et cependant qualitatifs), de plein air. Un marché de niche, mais qui a la faveur du grand public et vient s’inscrire dans la tendance plus générale des hébergements insolites. Au sein du réseau Gîtes de France et tourisme vert par exemple, 635 hébergements sont labellisés comme tels (sur une offre globale de 60 000 locations de vacances). « Mais ils sont répartis en une trentaine de sous-catégories, souligne Fabien Desmaux, responsable ingénierie, développement et qualité aux Gîtes de France. C’est dire la difficulté à les classifier ! À côté des bâtiments vernaculaires classiquement réaffectés à un nouvel usage (pigeonniers, chapelles, habitations troglodytes, etc.), on a vu émerger des structures customisées (container, carlingue d’avion), traditionnelles et caractéristiques du nomadisme (roulottes, tipis, yourtes), mais aussi différentes typologies de cabanes, ou bien encore des bulles… »

Aux marges du cadre législatif

En moins de dix ans, l’expérience touristique s’est invitée au cœur de la nature. Porté par le...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 352 du 24/06/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X