Architecture Technique Aménagement

Quand Alain Maugard imagine la ville de demain

Mots clés : Démarche environnementale

L’ancien président du CSTB et le sociologue Tristan Benhaïm lancent des pistes pour adapter nos zones urbaines aux nouvelles technologies et aux enjeux environnementaux.

Si la ville est une structure fixe, une « morphologie », elle est aussi semblable à un être vivant qui serait pourvu d’un métabolisme. Et c’est ce dernier qu’il faut changer. Tel est l’un des principaux constats faits par Alain Maugard et Tristan Benhaïm, les auteurs de « Faire société en ville », un ouvrage jamais ennuyeux, à mi-chemin entre urbanisme et sociologie. C’est que l’ancien président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et le vice-président de l’institut Sociovision, aidé par le journaliste Michel Levron (ancien rédacteur en chef du « Bulletin européen du Moniteur »), ont – sans nier la part de rêve – fait le choix de l’humain et de la réalité, plutôt que celui des grandes théories, pour élaborer cette réflexion sur l’urbain.

La théorie des cailloux.

Judicieusement sous-titré « Une utopie réaliste », ce livre dresse dans un premier temps un tableau sans concessions de ce qu’est devenue la ville du XXIe siècle, actant l’échec des villes nouvelles, les méfaits de l’étalement urbain, les ravages du tout voiture, la fragmentation en monofonctionnalités… Les auteurs glorifient, au contraire, les vertus de la ville ancienne, où tout est proche et qui absorbe plus naturellement les évolutions du monde moderne. Pour autant, il n’est pas souhaitable, selon Alain Maugard et Tristan Benhaïm, de transformer radicalement la morphologie de la ville du XXe siècle, la chose n’étant tout simplement pas possible. Pour eux, il est suffisant de l’adapter. C’est la « théorie des cailloux » : il faut fragmenter les gros (zones industrielles, commerciales, de bureaux, résidentielles…) en petits tout en ajoutant du sable autour, en créant de nouvelles centralités urbaines où les usages se mixent.

L’autonomie énergétique.

Mais les deux auteurs vont plus loin et prennent en compte, dans leur réflexion, l’apport du commerce électronique qui recrée le troc du Moyen Age ou aboutit à « l’ubérisation » de l’économie, des réseaux sociaux qui nous font passer du « Moi je » au « Moi nous », des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique des bâtiments qui permettent une autonomie énergétique, des transports doux ou collectifs et de la voiture électrique, de l’agriculture urbaine et de la nature dans la ville qui contribuent à l’indispensable lutte contre l’effet de serre… C’est tout cela qui servira à refonder la ville et, plus largement, ce que les auteurs appellent judicieusement la « société des urbains ».

Cet ouvrage court mais riche, optimiste mais sans concessions, est illustré de nombreux exemples non seulement français mais aussi étrangers, dont une large part concerne le bâtiment. Un livre qui intéressera urbanistes, architectes, mais aussi constructeurs et fabricants de matériaux, car il leur donne les pistes pour comprendre ce que seront demain leurs métiers.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

1990-1993 Directeur de l’Etablissement public pour l’aménagement de La Défense (Epad)
1993-2008 Président du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB)
2009 Président de Qualibat.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X