Territoires

Promouvoir l’intelligence énergétique

A Lyon, la ville fait assaut d’intelligence en matière de smart grids. A Confluence, l’îlot Hikari, en voie d’achèvement, est exemplaire de cette démarche. Cet ensemble de 12 000 m2 produira au moins autant d’électricité qu’il en consommera, grâce à des panneaux photovoltaïques, une cogénération à base d’huile de colza, un système de contrôle et de monitoring de l’énergie, un pilotage intégré de tous les bâtiments via un réseau Internet sécurisé développé avec Toshiba. Cet îlot à énergie positive est issu de la coopération inédite entre la Métropole de Lyon et le Nedo, équivalent japonais de l’Ademe.

300 millions d’euros de projets.

L’effervescence a gagné d’autres quartiers, la Part-Dieu, en particulier, où a été ouvert un laboratoire urbain dédié à l’exploitation de données publiques et privées, le Tuba, où sont expérimentés des produits et services innovants. Le futur chantier de la gare de la Part-Dieu sera aussi l’occasion de lancer un appel à projets pour améliorer l’efficacité énergétique à l’échelle de ce quartier, qui prévoit de doubler la surface construite tout en maintenant sa consommation énergétique. Autre projet : Smart Electric Lyon, coordonné par EDF. Prévue sur quatre ans, cette expérimentation d’un coût global de 69 millions d’euros, permet de tester des systèmes de gestion d’énergie innovants dans 2 500 maisons individuelles et logements collectifs et 100 sites tertiaires et publics. L’ensemble des projets lyonnais de smart grids est évalué entre 250 et 300 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X