Technique et chantier

Projet Un monastère s’enterre à proximité d’un site protégé

Mots clés : Analyse de l'architecture - Architecte - Architecture - Culte

Sur un plan carré de 8,25 m de côté, un modèle unique caractérisera les treize cellules et chambres d’hôtes de la fraternité des Clarisses, à une centaine de mètres de la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp (Haute-Saône). « Une dizaine d’esquisses successives ont abouti à ce projet définitif. Dans cet exercice de rationalisation et de simplification, Renzo Piano retrouve l’inspiration de Jean Prouvé, une de ses plus chères références », témoigne Paul Vincent, chef de projet chez Renzo Piano Building Workshop. « Parfois irritantes, les polémiques se sont révélées utiles », a confirmé l’architecte lors de la présentation publique du projet devant la chapelle de Ronchamp, un des chefs-d’œuvre de Le Corbusier.

Pour rendre compte de la faiblesse de l’impact paysager des cellules construites sur la pente de la colline, Renzo Piano prend un cutter, entaille une feuille de carton et soulève légèrement le pan ainsi délimité. « Plus que l’œuvre d’un architecte, il faut voir là le travail d’un géomètre ou d’un topographe », commente le maître d’œuvre, relayé en ces termes par le paysagiste Michel Corajoud : « A côté de l’érection magnifique réalisée par Le Corbusier sur le sommet de la colline, Renzo Piano imprime une inscription topographique dans la croûte de la terre. »

Zéro déblai

Le parti de discrétion se confirme dans la végétalisation des quatre cinquièmes des surfaces de toitures des plus importants volumes : la nouvelle porterie, destinée à remplacer un bâtiment sans caractère, l’oratoire et l’atelier de couture. L’architecte a renoncé aux puits de lumière matérialisés par des cheminées surplombant chaque cellule. Cette idée subsistera sur l’oratoire, au-dessus de l’autel. La forêt et des jardins d’hiver filtreront la lumière naturelle qui se transmettra aux chambres des sœurs et de leurs hôtes par des baies vitrées tournées vers la vallée et encadrés par des profils métalliques minces.

La retenue de l’architecte se reflétera dans le mode constructif. Grâce au broyage de terres et de pierres, les bâtisseurs s’affranchiront de toute évacuation ou apport de terres, selon le parti déjà expérimenté par le bureau d’études Sletec dans la Cité internationale de Lyon. Obtenu grâce à des puits canadiens, un objectif de consommation d’énergie plafonné à 55 kWh/m2.an confirme la dimension environnementale du projet. « L’architecte dessine toujours le portrait de son client. Ici, ce dernier cherche la paix et le silence, à proximité de la chapelle. Cette attitude timide n’implique aucune peur, mais une capacité à créer un lien magique », explique Renzo Piano. Sœur Brigitte, porte-parole des Clarisses, traduit en ces termes : « Ce projet exprime notre espérance de transmettre ce que nous avons reçu au contact de la chapelle. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtres d’ouvrage : Les Amis de Sainte-Colette pour le monastère ; l’association Notre-Dame-du-Haut pour la porterie.

Assistant au maître d’ouvrage : Louis Piccon.

Maître d’œuvre : Renzo Piano (architecte), Michel Corajoud (paysagiste), Sletec (bureau d’études).

Surfaces construites : 1 500 m2.

Montant des travaux : 9 millions d’euros.

Calendrier : janvier 2009 à janvier 2010.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X