Régions Pays de la Loire

Projet de logements sociaux sur l’ancienne manufacture des Allumettes

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

Est-ce enfin la dernière ligne droite pour la reconfiguration de la friche industrielle des Allumettes située à Trélazé (Maine-et-Loire) à l’abandon depuis trente-trois ans ? L’aménageur Podeliha (ex-Toit angevin), propriétaire du site depuis 2007, croise les doigts et espère obtenir le feu vert d’ici à la fin de l’année. Le permis d’aménagement déposé en mars dernier est en cours d’instruction, ainsi que l’enquête publique.

Conçu avec l’architecte Jean-Marc Lalo et la Fabrique urbaine, le nouveau projet, fruit d’un énorme travail de concertation avec les riverains, prévoit de conserver les 20 halles de l’ancienne fabrique d’allumettes et de les transformer en logements sociaux. Au total, 530 logements seront construits au cours des dix prochaines années sur le site de 7 ha, soit plus de 40 000 m2, dont 24 % de locatifs sociaux qui seront réalisés par le bailleur Podeliha. Le reste, essentiellement des collectifs, sera confié à des promoteurs privés. En revanche, il n’est plus question d’implanter le siège social du Toit angevin ni des ateliers d’artistes.

Au centre, un parc

« Notre parti pris a été d’ouvrir le site sur la ville et d’engager une reconquête du végétal via la création d’un parc central, indique Astrid Mallet, chargée du projet chez Podeliha. Côté construction, nous voulons des projets ambitieux et en adéquation avec la spécificité du site. » Les prescriptions architecturales exigent des « expressions contemporaines », des gabarits variés (R + 1 à proximité de la rue centrale et R + 4 près du parc), des bardages métalliques et des couleurs vives.
Pour la réhabilitation de la manufacture, Jean-Marc Lalo a pris le parti de conserver les enveloppes extérieures, ainsi que les toits bi-pentes sur lesquels se trouvent les anciennes cheminées en forme de tourelles. « Chaque halle comprenant trois bâtiments, nous supprimons la toiture de celui qui est au centre pour le transformer en venelle, détaille l’architecte. Ce nouveau quartier sera desservi par la rue principale existante et plusieurs venelles. » Chaque halle accueillera 18 logements, composés de maisons de ville et d’appartements (T2 au T5) qui s’imbriqueront. Les travaux pourraient débuter fin 2015 et une installation des premiers habitants en 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X