Technique et chantier

Prévenir les collisions de grues

Le major allemand de la construction Hochtief découvre les systèmes anticollisions imposés en France aux conducteurs de grues, lorsque les rayons d’action de ces dernières présentent des zones d’interférence. Avec un bâtiment de 90 000 m2 à monter en une seule phase à l’aide de 8 grues, l’hôpital civil de Strasbourg offre au mandataire du gros oeuvre un exercice pratique d’autant plus complet qu’il gère aussi les comptes prorata du chantier. Pendant le trimestre qui suivra la fin de l’exécution de son lot, Hochtief continuera à mobiliser les grues fournies à Strasbourg par sa filiale logistique Streif.

Plus encore que l’aspect technique, l’adaptation concerne l’approche politique de la sécurité des chantiers : « En Allemagne, la sécurité repose sur les hommes plus que sur l’électronique. Je ne pense pas que cela génère plus d’accidents, mais nous savons que notre réglementation va évoluer dans ce domaine, et ce chantier nous y prépare », commente Rainer Muller, conducteur de travaux.

L’électronique ne remplace pas tout

« Deux heures de formation suffisent pour maîtriser le système avant sa prise en main, qui nécessite un temps d’adaptation en fonction de chaque grue », précise Serge Boehm, responsable commercial de Smie, le fournisseur du système anticollision AC 30, retenu par l’entreprise. Cette maîtrise concerne l’anticipation des blocages commandés par les capteurs d’orientation et de chariot, dans le cadre d’une priorité à la grue haute sur la grue basse. Pour éviter que le système ne nuise à la productivité du chantier, les conducteurs doivent maîtriser leurs gestes : plus ils conduisent vite, plus tôt les machines se bloquent. En cas de panne ou de difficulté de compréhension, un écran tactile implanté sur le chantier affiche l’état du système. Sa transmission Internet permet à Smie d’effectuer des diagnostics en temps réel.

Mis en place pour l’ensemble du chantier, le système radiocommandé souffrira d’une exception, pendant les mois de la construction du bâtiment dédié à la fourniture d’énergie. La grue G 9, dédiée à ce petit ouvrage disposera de son propre système de blocage, qui lui interdira de surplomber une crèche et un parking. Son rayon d’action interférera avec celui de la G 6 du chantier principal. Sous le contrôle du coordinateur Santé protection sécurité, une procédure permettra au conducteur de ce dernier engin de s’affranchir du système Smie : une preuve que l’électronique ne remplace pas toujours la responsabilité humaine.

MAITRE D’OUVRAGE : Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

CONCEPTION : Vasconi (architecte mandataire), Gilch-Kalk-Bucher.

INGENIERIE : OTH-OTE.

CONTROLE TECHNIQUE : Apave.

ORGANISATION (SPS, SSI, OPC) : Sco (mandataire), Gpci, Ingérop.

SYNTHESE : Coteba.

ENTREPRISES DE GROS OEUVRE : Hochtief, Bilfinger & Berger.

MONTANT TOTAL DE L’INVESTISSEMENT : 230 millions d’euros.

SURFACE HORS OEUVRE NETTE : 90 000 m2.

SCHEMA : STRASBOURG. Plan schématique de l’installation de chantier sur lequel figurent les 8 grues en actions simultanées.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X