Enjeux

Pourquoi les coûts de la sinistralité explosent

Entre 2008 et 2016, la charge des litiges a augmenté de plus de 50 %, relève l’assureur SMABTP. Un effet de la crise, mais pas seulement.

En 2016, 648 millions d’euros d’indemnités d’assurance ont été versés aux entreprises du BTP. L’année dernière aura été l’une des plus coûteuses pour l’assureur SMABTP, avec

107 000 sinistres ouverts, dont cinq à plus de 15 millions d’euros. Si le nombre de dossiers est resté relativement stable (+ 7 %) sur la période 2008-2016 – chose assez logique compte tenu du ralentissement de l’activité -, la charge des sinistres pour l’assureur a, elle, augmenté de 56 % sur la période.

« Plus que la fréquence des sinistres, c’est surtout leur intensité qui s’est accentuée durant la crise », confirme Pierre Esparbès, directeur général délégué de SMABTP. « En 2008, un sinistre en décennale coûtait en moyenne 3 600 euros, contre 4 500 euros aujourd’hui », illustre pour sa part Bertrand Lotte, le directeur des règlements de SMABTP. Sa part de marché étant proche de 30 %, la sinistralité de l’assureur peut être considérée comme un échantillon représentatif de la situation du marché.

La faiblesse des marges pèse sur la qualité des chantiers

Plusieurs facteurs expliquent ces mauvais chiffres. Tout d’abord, la crise elle-même et les baisses de mises en chantier, qui ont tiré les prix vers le bas et entraîné une concurrence accrue entre les entreprises. « L’érosion des marges a incité les acteurs à recourir...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5945 du 20/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X