Autres Travaux publics / Lauréat Est

Potain, un courant ascensionnel

Mots clés : Travaux publics

Sous le regard impassible des charolaises, les trancheuses de Potain TP labourent coins et recoins des confins de la Loire et de la Saône-et-Loire. C’est là que la PME a forgé son savoir-faire dans les réseaux secs souterrains, l’activité vers laquelle Philippe Potain, 53 ans, a réorienté à partir de 1987 la petite entreprise de maçonnerie de son père.
Le virage a été le bon : à deux exceptions près, 2009 et l’an dernier, Potain TP a augmenté son chiffre d’affaires, sans croissance externe. « Nous nous sommes diversifiés dans l’eau potable et à partir de 2002, à un degré moindre, l’assainissement. Puis, en 2009, les réseaux aériens moyenne et basse tension se sont ajoutés grâce à un gros effort pour répondre aux qualifications requises. Ils ont généré la création d’un bureau d’études intégré, à la demande des syndicats locaux d’électrification et d’ERDF », relate Philippe Potain. Lors du dernier exercice, l’eau potable (42 %) et les réseaux électriques (35 %) se sont disputé la première place en termes d’activité, loin devant les réseaux gaz (13 %) et ceux de télécommunications pour leur partie mécanisée.
Chemin faisant, la PME s’est fait une spécialité des interventions en milieu escarpé. Ce qui l’amène au-delà des vallons du Charolais, vers les reliefs plus pentus des Alpes. Son dirigeant relate avec fierté ce déroulage de câbles héliportés sur 2 km de pente à 40 % en 2011 à Bernex (Haute-Savoie), au moyen d’une pelle-araignée. Ou, cette année, la pose de fibre optique le long des 14 km du col de l’Iseran.

Potain TP
Vareilles (71)
87 salariés
10,5 M €

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X