Autres Travaux publics / Lauréat Est

Potain, un courant ascensionnel

Mots clés : Travaux publics

Sous le regard impassible des charolaises, les trancheuses de Potain TP labourent coins et recoins des confins de la Loire et de la Saône-et-Loire. C’est là que la PME a forgé son savoir-faire dans les réseaux secs souterrains, l’activité vers laquelle Philippe Potain, 53 ans, a réorienté à partir de 1987 la petite entreprise de maçonnerie de son père.
Le virage a été le bon : à deux exceptions près, 2009 et l’an dernier, Potain TP a augmenté son chiffre d’affaires, sans croissance externe. « Nous nous sommes diversifiés dans l’eau potable et à partir de 2002, à un degré moindre, l’assainissement. Puis, en 2009, les réseaux aériens moyenne et basse tension se sont ajoutés grâce à un gros effort pour répondre aux qualifications requises. Ils ont généré la création d’un bureau d’études intégré, à la demande des syndicats locaux d’électrification et d’ERDF », relate Philippe Potain. Lors du dernier exercice, l’eau potable (42 %) et les réseaux électriques (35 %) se sont disputé la première place en termes d’activité, loin devant les réseaux gaz (13 %) et ceux de télécommunications pour leur partie mécanisée.
Chemin faisant, la PME s’est fait une spécialité des interventions en milieu escarpé. Ce qui l’amène au-delà des vallons du Charolais, vers les reliefs plus pentus des Alpes. Son dirigeant relate avec fierté ce déroulage de câbles héliportés sur 2 km de pente à 40 % en 2011 à Bernex (Haute-Savoie), au moyen d’une pelle-araignée. Ou, cette année, la pose de fibre optique le long des 14 km du col de l’Iseran.

Potain TP
Vareilles (71)
87 salariés
10,5 M €

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X