Enjeux

Poste Immo devient promoteur immobilier

Mots clés : Conservation du patrimoine - Gestion et opérations immobilières - Service public

En s’associant avec Icade, la filiale de La Poste va valoriser son patrimoine.

La Poste déboule dans la promotion immobilière. Arkadea, la nouvelle société lancée en mars 2017 par Poste Immo et Icade, réalisera des opérations de promotion sur l’ensemble du territoire. Détenue à parts égales par les deux partenaires, elle s’inscrit dans le prolongement de la joint-venture du même nom créée en 2009, spécialisée dans les études préalables de faisabilité d’opérations immobilières.

Le recentrage d’Arkadea permet à Poste Immo, jusqu’ici habituée à vendre terrains et immeubles dont elle n’avait plus l’utilité, de monter d’un cran dans la chaîne de valorisation de ses sites. « Au lieu de changer de partenaire à chaque opération de co promotion, nous nous inscrivons dans la durée en construisant une structure commune avec Icade, résume Rémi Feredj, directeur général de Poste Immo depuis février 2017. Notre objectif est de mettre en valeur notre patrimoine en transformant des locaux et en aménageant du foncier. » Une trajectoire logique pour le groupe postal, propriétaire de 60 % des 6,5 millions de mètres carrés qu’il occupe.

Autodéveloppement et nouvelles synergies. Preuve de l’ambition des deux partenaires, 1 000 logements sont prévus dans les trois années à venir. « Cela représente entre 20 et 25 programmes au total », calcule le directeur général de Poste Immo. Ces opérations seront axées sur l’accession privée et le développement d’activités en pied d’immeubles (guichets, banques), avec une possible incursion dans le logement étudiant. « Nous en sommes encore au stade du montage des projets. Mais nous avons d’ores et déjà 10 opérations dans les tuyaux : quatre en Ile-de-France et six en province, notamment dans les zones urbaines comme Marseille, Lyon et Orléans », assure Rémi Feredj.

6,5 millions de m² gérés par Poste Immo 1 000 logements prévus dans les trois années à venir 10 opérations en cours, dont 4 en Ile-de-France et 6 en province

A moyen terme, Arkadea a vocation à se doter de ses propres équipes et à « s’autodévelopper ». Dans un premier temps, la filiale sera nourrie en foncier et en ressources humaines par Icade et Poste Immo. Puis, elle cherchera seule les parcelles à bâtir qu’elle acquerra grâce au partage des bénéfices réalisés sur les premières opérations entre les maisons mères et la jeune société. Poste Immo entend aussi créer de nouvelles synergies avec la Banque Postale qui pourra, par exemple, proposer des offres de financement aux acheteurs des logements produits par Arkadea. « Rien n’est encore écrit, mais nous pourrons aussi développer des crédits promoteurs ou travailler avec le pôle assurance, lui aussi en plein boom », analyse Pierre Bressollette, directeur adjoint d’Arkadea.

Pour intervenir sur les chantiers, Poste Immo n’affiche pas de préférence pour les entreprises générales ou en corps d’état séparés. « Nous choisirons, au cas par cas, celles qui se positionneront le mieux sur les appels d’offres », indique Rémi Feredj. Par contre, la règle diffère pour les architectes. « Nous ne travaillerons pas deux fois avec le même maître d’œuvre », assure le dirigeant de Poste Immo. Arkadea, encore au stade du recueil des autorisations de l’Autorité de la concurrence, devrait être opérationnelle à l’été 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

La Poste veut réduire la vacance

La création d’Arkadea symbolise le virage que La Poste veut prendre en matière de valorisation de son patrimoine. Rappelons que l’entreprise est propriétaire de près de 4 millions de m² des 6,5 millions de m² qu’elle occupe. Le groupe public veut réduire son taux de vacance pour le faire passer de 16 % aujourd’hui à 7 % d’ici à 2023, en cédant et en optimisant des mètres carrés. Une tâche confiée à sa filiale Poste Immo. Pour la mener à bien, celle-ci doit « comprendre l’évolution du groupe afin d’adapter son offre immobilière et détecter les futurs usages d’un immeuble », confie Rémi Feredj.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X