Régions

Portraits 5 ACTEURS

Mots clés : Architecte - Architecture - Collectivités locales

Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris, chargé de Paris Métropole et des relations avec les collectivités territoriales d’Ile-de-France

Banlieue et architecture

Après avoir décrispé les relations entre la capitale et les communes de banlieue, tenu la Conférence métropolitaine sur les fonts baptismaux, Pierre Mansat, 54 ans, s’attelle, avec d’autres élus franciliens, à la création d’un syndicat d’études mixte. Cet ancien agent de la Poste, élu du XXe arrondissement, autodidacte, est aussi président du CAUE (1) de Paris. Sa « passion » pour l’architecture et l’urbanisme n’a cessé de croître au fil de ses lectures, de la fréquentation des architectes et de sa participation aux jurys de concours. Une passion qu’il veut faire partager : « Les Parisiens doivent se saisir des questions d’architecture et d’urbanisme : elles traversent la citoyenneté. Le débat doit être permanent. » Pour les sensibiliser sur ces questions, il envisage d’ailleurs de mobiliser l’association vers les collégiens. Sensible à l’utilisation des matériaux et aux harmonies de couleurs, « éclectique », il aime « tout » en architecture : les quartiers haussmanniens, les modernes mais peut-être plus encore ceux à venir.

Bernard Franjou, chef de la mission « Halles » La cheville ouvrière du projet des Halles

« Une mission passionnante mais pleine d’embûches. » Sous l’autorité directe de la secrétaire générale de la Ville de Paris, Bernard Franjou, 58 ans, architecte voyer général, devra user de ses qualités de médiateur pour coordonner les nombreux acteurs du projet des Halles et porter l’opération jusqu’à la désignation d’un maître d’ouvrage mandataire. Après dix ans d’exercice dans le privé, il rejoint, en 1983, l’Agence d’études d’architecture (AEA) de la Ville de Paris, dont il devient le chef en 1997. La perspective de travailler avec les architectes du projet – David Mangin, Jean-Marc Fritz, Patrick Berger et Jacques Anziutti – l’a convaincu d’abandonner l’AEA.

Jacques Monthioux, directeur du patrimoine et de l’architecture de la Ville de Paris

Un ingénieur chez les architectes

Ingénieur général des services techniques, Jacques Monthioux, 57 ans, a accompli une grande partie de son parcours à la direction de la voirie de la ville de Paris, où il fut, notamment, chef de projet du pont Charles-de-Gaulle et du doublement amont du pont de Bercy. En 2002, il intègre la direction du patrimoine et de l’architecture dont il devient directeur adjoint en 2007, et directeur en juin dernier. Amateur de ski et de randonnées en montagne, il aura le souffle pour créer les 4 500 berceaux promis par Bertrand Delanoë ou porter pour 2012 des projets comme la reconstruction du stade Jean-Bouin.

Dominique Alba, directrice générale du Pavillon de l’Arsenal, directrice déléguée de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur)

Double mission pour Paris

Dominique Alba partage son temps entre le Pavillon de l’Arsenal et l’Apur où, depuis début septembre, elle travaille aux côtés du nouveau directeur, Francis Rol-Tanguy. L’une de ses fiertés, après cinq ans passés au Pavillon : les 60 000 visiteurs/mois du site Internet (10 000 en 2004). Architecte, elle a exercé pendant vingt ans en libéral avant de rejoindre le cabinet du maire de Paris en 2001. Elle aborde ses nouvelles fonctions avec la conviction que les outils franciliens d’architecture et d’urbanisme (1) ont besoin de souplesse pour être pleinement efficaces et que sa double casquette devrait y contribuer. « A l’heure où l’on affirme qu’il faut “dénormer” pour faire de l’architecture durable, doit-on “normer” les outils de recherche, de création et de diffusion des idées ? » S’ouvre donc pour elle une réflexion sur les « transversalités » à mettre en œuvre pour faire aboutir les dossiers parisiens. Double travail qui ne l’impressionne pas. Elle a un secret pour garder la forme : courir 15 km le dimanche dans Paris.

Elisabeth Borne, directrice de l’urbanisme de la Ville de Paris Une spécialiste des transports et du logement

Que ce soit au ministère de l’Equipement, à Matignon, comme conseillère technique de Lionel Jospin, à la SNCF, ou encore chez Eiffage en tant que responsable des partenariats public-privé… Elisabeth Borne, 47 ans, ingénieure générale des Ponts et Chaussées, a consacré toute sa carrière aux questions de transport, d’urbanisme et de logement. En juillet, elle a pris la direction d’une équipe de ­500 personnes qu’elle entend mettre au service des ­Parisiens sans pour autant oublier sa mission première : mener à bien les ­nombreuses opérations d’aménagement de la capitale dans les délais et les budgets impartis.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement. Pavillon de l’Arsenal, IAU, Apur, CAUE.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X