Territoires

Poitou-Charentes Le volet mobilité, grand gagnant du contrat de projet Etat-région

La venue de Manuel Valls à Poitiers (Vienne), le 4 mai, pour la signature du contrat de projet Etat-région (CPER) 2015-2020, était attendue avec impatience par Dominique Bussereau, le président du conseil départemental de Charente-Maritime. L’ancien secrétaire d’Etat aux transports aurait bien aimé relancer le débat sur la construction de l’autoroute A 831 entre la Vendée et la Charente-Maritime, enterrée quelques semaines auparavant. Mais le Premier ministre n’a pas soufflé mot de cette infrastructure…

En route pour la grande région. Reste que la mobilité est le grand gagnant du nouveau CPER. Sur un montant global de 1,181 milliard d’euros, les transports vont en absorber quelque 818 millions, dont 345 millions pour les routes ; 408 millions pour le rail et 50 millions pour les ports. La préfiguration de la grande région guidera une partie de ces investissements : « En 2020, Poitou-Charentes aura amélioré et sécurisé son réseau routier, notamment sur les axes qui le relient à l’Aquitaine et au Limousin », a rappelé Jean-François Macaire, président du conseil régional.
Le très haut débit est doté d’une enveloppe de 114 millions d’euros, portée à 161 millions avec les fonds européens. Enfin, 257 millions d’euros sont mobilisés pour financer la rénovation et la maîtrise énergétique, les énergies renouvelables, la gestion des déchets, ou encore l’accompagnement des territoires dans leurs démarches en faveur de l’énergie et de l’écologie.
L’enseignement supérieur et la recherche (52 millions), l’aménagement du territoire (72,7 millions), les filières d’avenir et l’usine du futur (30 millions) ainsi que l’emploi (17,6 millions) sont les autres volets du CPER.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X