Régions Loire-Atlantique

Plus de 100 millions pour la fibre optique

Mots clés : Electricité - Equipements électriques - Télécommunications

Le département de Loire-Atlantique a choisi Orange pour le déploiement du réseau d’initiative publique (RIP) qui doit permettre d’équiper en fibre optique 52 communes rurales du département d’ici à cinq ans, soit 108 000 prises. Cet investissement, lourd de 108 millions d’euros, est cofinancé par l’Union européenne (Fonds européen de développement régional, Feder), l’Etat (Fonds national pour la société numérique, FSN) et la région Pays de la Loire. Le département – qui a créé une régie en 2015 pour porter la maîtrise d’ouvrage – a fait le choix d’un marché de conception, réalisation, exploitation, maintenance (Crem).

Ce type de marché permet d’optimiser les coûts et d’attirer des groupes comme Orange dans les zones rurales jusqu’alors terrain de jeu de plus petits opérateurs comme Axione (Bouygues), Altitude Infrastructure ou Covage. Si ce contrat est l’un des plus importants pour Orange, ce n’est pas le premier dans l’Ouest où l’opérateur historique a remporté les RIP de la Bretagne et de la Vendée en 2016.

Les majors à la manœuvre. Orange, qui a créé une société de projet locale nommée RIP 44, devrait mobiliser quelque 29 postes à plein temps et 11 apprentis. Sur ce marché tendu, Pierre Jacobs, directeur d’Orange Ouest, s’est engagé à accorder une préférence aux sociétés locales pour les travaux d’infrastructure même si, pour l’heure, ce sont plutôt des majors qui sont à la manœuvre. « Nous avons déjà identifié trois sociétés : Circet, Spie/Engie-Inéo et Sogetrel/Eiffage », a annoncé Pierre Jacobs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X