Territoires Aménagement du territoire

« Plus de 1 milliard de travaux pour le très haut débit »

Mots clés : Aménagement du territoire - Télécommunications

Philippe Richert, président de la région Grand Est

Alors que l’assemblée régionale vote aujourd’hui le nouveau nom de l’Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine, son président (LR) fixe les priorités de travaux de construction.

Dans une longue liste de chantiers de transport, quelles sont les priorités des priorités du conseil régional ?

Nous avons deux sujets ferroviaires majeurs en Champagne-Ardenne : la réhabilitation de la liaison Givet/Charleville- Mézières et l’électrification de la ligne Paris-Troyes. Pour celle-ci, le déblocage attendu des crédits manquants côté Ile-de-France, lors de la révision des contrats de plan programmée en juin, doit permettre le démarrage, dès 2018, d’une première tranche de 170 millions d’euros. Dans le contexte budgétaire que chacun connaît, veillons d’abord à ce que les dossiers bien avancés, en travaux ou en études, aillent à leur bon terme. Je pense aux étoiles ferroviaires des grandes gares, autour de Strasbourg et Mulhouse notamment (117 et 42 millions d’euros, NDLR).
En Lorraine, la mise à 2 x 2 voies de la RN4 démarre et les travaux ne doivent plus s’arrêter : le contrat de plan devra empêcher toute rupture entre cette première phase et les suivantes. De même, il faut laisser le processus de réaménagement de l’A31 continuer, même si je comprends que les travailleurs frontaliers soient hostiles au péage. Sinon, d’autres retards se créeront qui handicaperont les entreprises.

Votre « Pacte ruralité » débute par un plan de relance de 23 millions d’euros en abondement de l’Etat pour déclencher un millier de projets dans les petites communes. N’est-ce pas du saupoudrage ?

Non, la logique ici ne vise pas à concentrer des crédits sur quelques opérations, mais bien à toucher un maximum de territoires, où les PME et artisans du BTP ont besoin de travailler. A l’échelle locale, la réfection d’une mairie ou d’une salle polyvalente constitue un projet à l’impact non négligeable.

Quel sera le prochain gros dossier concernant la construction ?

C’est le très haut débit. Il fait partie du Pacte ruralité, car l’enjeu consiste à raccorder à la fibre optique les territoires situés hors des agglomérations. Il représentera plus d’un milliard d’euros de travaux qui débuteront en 2017 en Alsace, avant un déploiement à partir de 2018 dans les autres départements de Grand Est. Hormis la Moselle, nous reprendrons le modèle concessif, en délégation de service public, avec cofinancement privé, que nous avions conçu pour l’Alsace l’an dernier. Je m’inquiète du retard français en matière d’infrastructures : dans le Bade-Wurtemberg voisin gouverné par des écologistes, les investissements se chiffrent en milliards… chaque année. Qu’il s’agisse de routes ou de numérique, les territoires qui ne font pas l’effort risquent de décrocher.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X