Régions

Plateau de Saclay Lancement d’une consultation de maîtrise d’œuvre paysagère et urbaine

Mots clés : Energie nucléaire

La mission de préfiguration de l’Etablissement public de Paris-Saclay lance une consultation pour définir les grands principes d’aménagement du plateau. L’équipe lauréate devrait être désignée à l’automne.

Dans son discours lors des « 24 heures du bâtiment », le 12 juin, Nicolas Sarkozy a évoqué le Grand Paris, « projet auquel il tient par-dessus tout », et plus particulièrement le plateau de Saclay. « Saclay doit être la Silicon Valley française. Cela fait trente ans qu’on en parle. J’y suis allé il y a quelques jours. Il n’y a ni bus, ni métro. ça commence mal », a lancé le chef de l’Etat avant d’indiquer qu’il aura l’occasion d’en parler plus précisément dans les jours à venir.

Concentration scientifique

Ce territoire concentre 37 000 chercheurs (environ 10 % de la recherche française) et 47 000 étudiants. « Mais, remarque Pierre Veltz, délégué ministériel en charge du projet pour le plateau de Saclay, cette concentration produit assez peu de créations d’entreprises, contrairement à ce qui se passe aux Etats-Unis. » D’où l’ambition d’y créer un « cluster », un pôle mettant en synergie chercheurs, universitaires et entrepreneurs. De nouvelles implantations d’écoles, d’universités, de centres de recherches et d’entreprises sont envisagées. « Ces nouveaux établissements devront s’organiser dans un “ensemble de campus” qui constituera une opération unique par sa taille en France, et probablement en Europe », estime Pierre Veltz. Quant à la desserte du site, elle sera assurée par un métro automatique, projet élaboré par Christian Blanc, secrétaire d’Etat au développement de la région capitale.

D’ores et déjà, des actions ont été mises en œuvre. En mars, une opération d’intérêt national (OIN) s’étendant sur vingt-sept communes (7 500 ha) a été créée. La mission de préfiguration de l’établissement public de Paris-Saclay vient, par ailleurs, de lancer une consultation de maîtrise d’œuvre paysagère et urbaine pour définir les grands principes d’aménagement du plateau (« Le Moniteur » du 12 juin, p. 175). « Nous n’attendons pas des équipes l’élaboration d’un plan-masse, précise Pierre Veltz. La réflexion doit se mener à la grande échelle sur les principales fonctionnalités et les mobilités, en intégrant la dimension paysagère et la gestion de l’espace naturel et agricole. »

Trois zones principales ont vocation à être urbanisées, localisées sur les franges de l’espace central du plateau, qui, lui, sera protégé, voire même sanctuarisé : le « triangle sud », entre le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et l’Ecole polytechnique, sur lequel seront réalisés les investissements du plan campus, financés à hauteur de 850 millions d’euros par l’Etat ; les secteurs de Satory à Versailles et de La Minière à Guyancourt. « Il s’agit de concilier une qualité de vie urbaine et la préservation d’un cadre naturel exceptionnel. Il faudra créer des lieux de vie attractifs pour les étudiants, les chercheurs, mais aussi pour les habitants. Notre objectif est de donner l’envie d’y travailler mais aussi d’y vivre », ajoute encore le délégué ministériel.

Accord-cadre

La réception des candidatures est fixée au 15 juillet. Entre trois et huit équipes pluridisciplinaires (urbaniste, paysagiste, architecte et bureaux d’études) seront sélectionnées. Avant de remettre leurs offres (début octobre), elles participeront à un ensemble de visites et d’échanges avec les acteurs du territoire. Les propositions porteront uniquement sur les aspects financiers, méthodologiques et de compréhension des enjeux.

L’équipe lauréate signera un accord-cadre de six ans avec la mission. « A ce stade, nous recherchons une équipe, et non un projet, qui puisse nous accompagner dans la durée », indique Lise Mesliand, en charge de l’aménagement à la mission de préfiguration. Outre l’élaboration des orientations générales d’aménagement, elle pourra être amenée à définir des éléments de programmation et de conception d’espaces publics, réaliser des études de faisabilité….

La désignation du maître d’œuvre à l’automne permettra de disposer des premiers éléments de structuration du territoire au moment de la création de l’établissement public de Paris-Saclay, fin 2009 ou début 2010.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’établissement publiccréé fin 2009

Créé par la loi, l’établissement public de Paris-Saclay assurera une double mission d’aménagement et de développement économique et de valorisation de la recherche. Cette spécificité se retrouvera dans la composition du conseil d’administration qui regroupera quatre collèges : Etat, collectivités locales et leurs groupements, communauté académique et milieux économiques. Son périmètre d’intervention, encore en discussion, englobera quarante-neuf communes de l’Essonne et des Yvelines. Sa création est prévue fin 2009 ou début 2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X