Régions

Planification Un Scot pour 31 communes

Mots clés : Aménagement du territoire - Collectivités locales - Droit de l'urbanisme

Arrêté fin décembre 2008 par le syndicat mixte Scot Provence Méditerranée, le Scot de l’aire toulonnaise vient de franchir l’étape de l’enquête publique et devrait être approuvé à l’automne, avant de devenir définitivement opposable en fin d’année. Premier grand Scot de la région Paca à voir le jour, ce document déborde largement des frontières de TPM avec 31 communes couvertes, 547 000 habitants, 120 000 ha et près de 300 km de linéaire côtier.

« C’est un travail de cinq ans qui a nécessité la création de l’agence d’urbanisme, l’AU[dat], chargée de son élaboration. Fin 2007, nous étions prêts mais les changements de municipalité en 2008 ont imposé des modifications pour finalement aboutir aujourd’hui à un document de planification à dix ans consensuel », se félicite Robert Bénéventi, maire d’Ollioules et président de ce syndicat mixte. Dans sa démarche, ce syndicat n’a pas hésité à associer volontairement à l’élaboration de ce Scot des représentants et des acteurs du monde économique local pour en enrichir le contenu.

Sur un territoire soumis à une forte pression démographique (1 % de croissance de la population/an), qui a consommé 11 500 hectares en trente ans et un tiers de ses espaces agricoles, le mot d’ordre est désormais au renouvellement urbain et aux formes urbaines utilisant moins d’espace.

580 000 habitants dans 10 ans

Une cinquantaine de sites d’extension de l’urbanisation ont été inventoriés dans les communes pour le développement futur, permettant de réduire la consommation de foncier à 100 ha/an. Au niveau de l’habitat, ce Scot, qui a retenu l’hypothèse d’une population de 580 000 habitants dans dix ans, prévoit la construction de 2 300 résidences principales par an dont près de 1 000 logements sociaux. Il recentre et intensifie le développement dans la rade de Toulon et sur les pôles majeurs de l’agglomération. Une fois le document définitivement validé, les communes auront trois ans pour mettre en compatibilité leur propre document d’urbanisme.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X