Autres

Place au logement caméléon

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gestion et opérations immobilières - Politique du logement

Pièce en plus, appartements sécables ou modulables… L’immobilier s’adapte (doucement) aux modes de vie.

La famille change, les logements… pas tellement. Pourtant, certains maîtres d’ouvrage innovent pour les adapter aux modes de vie. A l’exemple de la Sadev 94. Cette société d’économie mixte (SEM) a organisé huit ateliers de travail avec plusieurs groupements d’entreprises (promoteurs, bailleurs sociaux, gestionnaires de biens, architectes)… et en a finalement retenu un (composé de Sogeprom, Bouygues Bâtiment Ile-de-France, SMB et Foncia) pour construire 314 logements (4 200 euros/m² en moyenne) sur l’îlot 3H de la ZAC Ivry Confluences, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Dans ce programme, les T4 et T5 seront divisibles pour permettre aux propriétaires de vendre une partie du logement (une fois les enfants partis, par exemple). « Un mur acoustique sépare les deux parties, chaque unité dispose de sa propre galerie technique et la création d’une deuxième porte palière est prévue, explique Beatriz Ramo, de l’agence Star Strategies + Architecture. Le règlement de copropriété prévoira les ventes à venir pour éviter que les propriétaires aient à demander une autorisation préalable. »

Diviser un appartement coûterait 4 500 euros aux vendeurs selon la Sadev 94 (achat et pose d’une porte palière et d’un deuxième compteur électrique, etc.). Et le surcoût pour le constructeur est estimé à 4 000 euros par habitation. En outre, la Sem prévoit des T1, T2 et T3 adaptables. « Tout est conçu pour pouvoir déplacer à moindre frais la cuisine dans le séjour afin de créer une petite chambre en plus et permettre, par exemple, à un parent divorcé d’accueillir un enfant », ajoute Djamel Aït-Aïssa, directeur opérationnel de la Sadev 94.

Une pièce à partager.

A Rennes, le bailleur social Néotoa expérimente la « pièce en plus » à partager entre deux logements. Cette surface de 10 m² peut se transformer en chambre, bureau… « Nous l’avons développée dans un programme intergénérationnel de 115 logements à Beauregard. La première pierre sera posée en juin », indique Sandra Leblond, responsable du pôle habitats pluriels de Néotoa. Le montant du loyer et de la taxe d’habitation sera partagé par les deux ménages (30 euros par mois et par foyer) quel que soit l’usage réel.

A l’avenir, grâce à la domotique, « la consommation électrique pourra être directement basculée sur le compteur du ménage utilisateur, explique Yves Cardinal, P-DG de Cardinal Edifice, qui travaille avec Néotoa sur ce projet. La porte non utilisée pourra être scellée temporairement, la décoration (numérique) changera… » Cette pièce coûterait 2 500 euros/m² selon le professionnel. Soit 15 % de plus que le reste du programme.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

« Nous avons intégré une chaire pour travailler sur la pièce à la demande »

« Depuis plusieurs années, Néotoa souhaitait travailler à la conception d’une pièce à la demande [aussi appelée pièce en plus, ndlr] pour créer du lien social entre les habitants d’un même programme immobilier. Je me suis donc rapprochée de Michele Dominici, titulaire de la chaire Habitat intelligent et innovation de l’université Rennes I, après avoir lu un article sur ce chercheur. Depuis, nous avons intégré la chaire pour travailler à la conception d’un gestionnaire automatisé dédié à cette pièce. Nous voulions créer un outil facile à utiliser pour les ménages. Celui-ci pourrait être déployé dans un programme dédié aux jeunes actifs, construit à Rennes. Cette année, nous allons continuer à travailler au sein de la chaire sur les questions liées à l’usage de cette pièce à la demande. Selon nos conclusions, nous aurons peut-être besoin de faire évoluer le règlement de copropriété de nos programmes ou d’adapter le bâti. »

Sandra Leblond, responsable du pôle habitats pluriels du bailleur social Néotoa.

ENCADRE

3,55 millions de m² en cours de développement par la Sadev 94.
1 699 logements livrés par Néotoa d’ici à 2017.

ENCADRE

Contact : Néotoa, Sandra Leblond, sandra.leblond@neotoa.fr. Sadev 94, Djamel Aït-Aïssa, ait-aissa@sadev94.fr, 01.43.98.64.81.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X