Architecture Technique Logements

Pièces extérieures en duplex

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel

Avec ce duo d’immeubles d’habitation implanté à Lyon, l’architecte Eric Lapierre se livre à un savant exercice sur les doubles hauteurs.

Le programme de la ZAC d’habitat Berthelot-Epargne, inscrite par les Ateliers Lion dans un ancien faubourg industriel lyonnais, appelait notamment à une diversité morphologique des constructions. Après les réponses éloquentes livrées par les architectes Clément Vergély ou Régis Gachon, il en est une autre – tout aussi accomplie – qu’Eric Lapierre vient d’apporter avec deux immeubles de logements en accession. Ils sont implantés en limite sud de la ZAC, le long de l’avenue Berthelot pour l’un (50 logements, 585 m2 d’emprise au sol), à l’arrière et décalé vers l’est pour le second (36 logements, 560 m2 au sol). Pareille disposition non seulement limite les vis-à-vis d’un immeuble à l’autre, mais permet aussi d’installer en accroche sur l’avenue, la place publique prévue au programme de la ZAC, ainsi qu’un jardin privatif commun aux deux bâtiments sur l’arrière…

Double orientation

Répartis en deux constructions avec les circulations verticales au centre, les appartements disposent, pour la majorité d’entre eux, d’une double orientation. A ces dispositions courantes s’en associent d’autres grâce auxquelles ils se distinguent sensiblement du tout-venant de la production habituelle. Dépourvus de couloir, ces appartements s’organisent, depuis leur entrée jusqu’à la façade, selon deux rangées successives de pièces, la seconde étant formée par une loggia, une véritable pièce extérieure puisqu’elle se développe sur quelque 2 m de profondeur et court presque tout le long des pièces intérieures. L’architecte utilise volontiers le qualificatif de « concentrique » pour caractériser un tel plan. La succession des loggias, qui forme une ceinture presque continue, renforce l’intimité des logements. Singuliers par leur plan, les deux édifices le sont également en coupe, dans l’agencement des duplex. Ils vont ici plus loin que le programme de la ZAC, qui prévoyait seulement la réalisation en duplex d’une majorité de logements.

Jeux de percements

. L’architecte Eric Lapierre ne s’est en effet pas contenté de donner aux séjours en double hauteur des loggias de même proportion. En partie haute de celles-ci, une petite terrasse avec garde-corps se pose, en effet, au sommet du volume de la cuisine, et communique de plain-pied avec l’étage des chambres. Une « fantaisie » rare et bienvenue dans les normes très encadrées qui régissent l’immeuble collectif d’habitation. Lorsque les loggias sont à double hauteur, leur ouverture en façade s’agrandit d’autant. Mais ces ouvertures doublent parfois aussi en largeur, et jouent des variations également par leur allège, en béton plein ou à simple barreaudage. S’offrent alors aux résidents autant de cadrages différents sur la ville ou le ciel. Les façades acquièrent de cette manière une expressivité que la combinatoire raffinée des percements exprime dans le cadre d’une enveloppe toujours identique : un revêtement carrelé en céramique vernissée, de la teinte argentée d’une feuille d’olivier à son revers. Le calepinage des éléments de terre cuite à la verticale participe au mouvement d’élévation des deux édifices.  

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Nexity Apollonia. Maîtrise d’œuvre : Eric Lapierre Architecture, architecte. BET : Matte (gros œuvre), Cardonnel Ingénierie (thermique). Principales entreprises : Sogrebat (gros œuvre), TJBAT (revêtement de façade). Surface : 5 719 m2 Shab. Coût des travaux : 10,266 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X