Actualité

Philippe Tilloux, directeur de Périgueux habitat « Il ne faut pas se contenter de raisonner en réduction des charges »

Mots clés : Efficacité énergétique - Logement social

Vous venez de prendre la direction de Périgueux Habitat. Quels sont vos projets ?

J’ai pris la direction de l’office public HLM le 19 mai dernier. La mission prioritaire qui m’a été confiée consiste à améliorer les relations avec les locataires des 4 355 logements dont l’office à la charge sur la commune. Ils doivent obtenir des réponses à leurs questions et à leurs attentes, et nous devons être attentifs à la qualité du service rendu. La prochaine étape consiste à réaliser un plan stratégique de patrimoine. Nous avons lancé la consultation cet été pour désigner le bureau d’études qui réalisera l’audit.

Comment comptez-vous réaliser la mise à niveau énergétique du parc ?

Notre parc se compose en majorité de logements construits entre les années 1960 et 1980. Le travail réalisé dans le passé pour isoler les logements, sous forme notamment de remplacement des menuiseries, a porté ses fruits : entre 10 et 15 % de réduction des consommations d’énergie. Aujourd’hui, nous devons passer à une autre dimension avec une approche plus environnementale. Il ne faut pas se contenter de raisonner en réduction des charges. Il y a un aspect technique à résoudre. Mais ensuite, il faut donner aux locataires des outils pour qu’ils réalisent l’intérêt des économies.

Quelles sont vos contraintes ?

A l’instar des autres bailleurs sociaux, elles sont d’abord financières. Selon moi, l’enjeu consiste à obtenir le maximum de performance énergétique avec des coûts maîtrisés. Nous avons l’intention de nous positionner pour bénéficier des aides de l’Etat dans le cadre de la lutte contre les « passoires thermiques ». Il y a aussi des financements européens à saisir. Aujourd’hui nous bénéficions d’aides du conseil régional d’Aquitaine (3 000 euros par logement) et du conseil général de la Dordogne (1 500 euros par logement) au titre des économies d’énergie. Ainsi, dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier du Gour de l’Arche, 106 logements seront réhabilités avec l’objectif d’une économie moyenne d’énergie d’environ 16 %. Nous allons diminuer les déperditions calorifiques notamment en renforçant l’isolation thermique des toitures, en favorisant un bouclage de l’eau chaude sanitaire et en installant des équipements adaptés (lampes à économies d’énergie, systèmes de double chasse…). La subvention de la région s’élève à 318 000 euros, soit près de 20 % du montant total des travaux.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X