Autres Marchés publics

Peut-on mieux servir les PME ?

Mots clés : Elections - PME

Chouchou des candidats à l’élection présidentielle, le dirigeant de PME se voit promettre monts et merveilles… Notamment un accès prioritaire aux marchés publics. Pas si simple.

C’est une antienne, remise au goût du jour. S’il est élu chef de l’Etat en 2017, Arnaud Montebourg (PS) promet de « réserver pendant une période de huit ans, le temps que la France se réindustrialise, 80 % des marchés publics […] aux PME travaillant sur le sol national ». Soit le retour, mais version XXL, d’une idée chère à l’ancien ministre du Redressement productif : privilégier les petites entreprises et le Made in France. Un thème qui pourrait bien être au cœur de l’élection présidentielle.

Priorité aux PME.

François Bayrou (Modem) et François Fillon (LR) entendent ainsi s’inspirer du Small Business Act américain (lire page 14) pour offrir aux PME, ou aux PME innovantes, un accès privilégié à la commande publique. Le projet de Marine Le Pen (FN), lui, fait miroiter « une loi qui donnera priorité aux PME-PMI dans l’attribution des marchés publics ». Quant à Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), il estime – dans les colonnes de « l’Opinion » – avoir été copié par Arnaud Montebourg sur cette mesure qu’il « réclame depuis des années »… Même à la tête du gouvernement, on opine du chef. « Cette idée qu’on puisse, en respectant évidemment les règles de droit, davantage favoriser les PME dans la commande publique, est intéressante », a ainsi répondu Manuel Valls à un auditeur de RMC qui l’interrogeait sur la proposition Montebourg.

L’enjeu est colossal, comme l’est le gâteau à se partager : les marchés publics représentent au moins 71 milliards d’euros par an selon le dernier...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5887 du 16/09/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X