Régions Gironde

Pessac renforce son offre sportive

Mots clés : Sport

La Ville de Pessac (Gironde) a lancé les trois chantiers du grand complexe sportif de Bellegrave qui s’étend sur 6 000 m . Le groupement chargé des opérations constituées dans le cadre d’un marché unique comprend Bouygues Bâtiment Centre Sud-Ouest, Colas Sud-Ouest et Bouygues Energies & Services. Sont actuellement en travaux un pôle football (vestiaires et foyer) et un pôle de sports de combat (2 101 m2 avec dojo, salle de boxe, vestiaires et salle de préparation physique). La plus grosse partie de l’opération est le gymnase (3 615 m2 ), qui sera modulable pour les compétitions avec des tribunes télescopiques. L’opération s’élève à 12,4 millions d’euros de travaux et 1,3 million d’euros d’aménagements extérieurs.

Casser l’effet boîte. Jérôme Beaudet, de l’agence bordelaise A40 Architectes, a relevé le défi d’intégrer un gymnase moderne à proximité du château de Bellegrave (XVIIe siècle), qui accueille l’office du sport. « C’est l’image emblématique du site, il ne fallait pas lui faire de l’ombre », précise-t-il. Il a réalisé un gymnase semi-encastré sur deux niveaux, en utilisant le dénivelé existant. Malgré ses grandes dimensions – l’équivalent de deux terrains de handball -, le bâtiment, qui pourra accueillir 1 092 spectateurs en tribune, tient à rester discret. Et pour « casser l’effet boîte et apporter gaieté et dynamisme », l’architecte l’a coiffé d’un volume au ton pierre-or en alu combo, en forme de vague. Sa conception permet de dissocier les flux du public et des sportifs.

Pour le pôle foot, Jérôme Beaudet a joué sur les couleurs pour identifier les zones ou donner une ambiance. Il a aussi animé les façades avec une fresque. Un moyen de dissuader les tagueurs. Les façades des trois bâtiments sont d’ailleurs recouvertes d’un parement Vetisol (mélange de polyester et de fibres de verre) antigraffiti. Dans le gymnase, ce sont des poutres en bois, dont neuf de 48 m de long, qui vont apporter de la chaleur au lieu en créant un effet nid-d’abeilles au plafond.

Dix-huit mois de travaux. Le pôle football est en cours de livraison, les salles de sports de combat sont attendues pour novembre 2017 et le gymnase pour janvier 2018. L’opération sera bouclée en dix-huit mois. Grâce à la mise en place de bâtiments modulaires sur le site, la déconstruction des anciens bâtiments (salle de combat et vestiaires de foot) et la construction des nouveaux ont pu être menées en parallèle. « Cela a permis de diviser les délais de chantier par deux », reconnaît Guillaume Philippot, conducteur d’opérations immobilières de la Ville.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X