Autres

Périple en tombereau

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Le problème avec les matériels miniers, c’est qu’ils travaillent… dans des mines. Or la géologie de notre planète a la fâcheuse manie de placer ses plus beaux gisements dans les terres les plus inaccessibles. Un exemple ? La mine de diamants de Nyurba, en Russie, perdue au beau milieu de la Sibérie, où la température moyenne en hiver descend à – 47 °C. Terex n’allait pas pour autant refuser de signer la commande de l’exploitant, la société minière Alrosa, pour la livraison de quatre tombereaux rigides TR100 pesant 91 t à vide. Mais comment les acheminer depuis son usine de fabrication située en Écosse, à 11 000 km de là ? Chaque machine a d’abord été démontée en trois sous-ensembles. Ils ont été embarqués à bord d’un bateau à Édimbourg pour rallier Saint-Pétersbourg, 2 000 km à l’est. De là, il ne leur restait plus que 8 920 km à parcourir… Ils ont alors pris le train jusqu’à Ust-Kut, en Sibérie, avant d’être chargés sur convois exceptionnels pour 805 km de route jusqu’à un atelier où les quatre tombereaux ont été remontés. Restaient à parcourir 300 km à travers la taïga, le long d’une piste déboisée et enneigée. Les tombereaux ont mis quatre jours pour franchir ce dernier obstacle avant d’arriver à la mine où ils se sont mis au travail !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X