Autres

Périple en tombereau

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Le problème avec les matériels miniers, c’est qu’ils travaillent… dans des mines. Or la géologie de notre planète a la fâcheuse manie de placer ses plus beaux gisements dans les terres les plus inaccessibles. Un exemple ? La mine de diamants de Nyurba, en Russie, perdue au beau milieu de la Sibérie, où la température moyenne en hiver descend à – 47 °C. Terex n’allait pas pour autant refuser de signer la commande de l’exploitant, la société minière Alrosa, pour la livraison de quatre tombereaux rigides TR100 pesant 91 t à vide. Mais comment les acheminer depuis son usine de fabrication située en Écosse, à 11 000 km de là ? Chaque machine a d’abord été démontée en trois sous-ensembles. Ils ont été embarqués à bord d’un bateau à Édimbourg pour rallier Saint-Pétersbourg, 2 000 km à l’est. De là, il ne leur restait plus que 8 920 km à parcourir… Ils ont alors pris le train jusqu’à Ust-Kut, en Sibérie, avant d’être chargés sur convois exceptionnels pour 805 km de route jusqu’à un atelier où les quatre tombereaux ont été remontés. Restaient à parcourir 300 km à travers la taïga, le long d’une piste déboisée et enneigée. Les tombereaux ont mis quatre jours pour franchir ce dernier obstacle avant d’arriver à la mine où ils se sont mis au travail !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X