Architecture et urbanisme Logement

Peau de cuivre sur pans de bois

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Établissements de culte, funéraire - Logement social - Produits et matériaux

Au chevet de l’église parisienne Saint-Merri, un petit immeuble du XVII e siècle très dégradé a bénéficié d’une restauration baignée d’une lumière cuivrée. Sept logements sociaux y ont été aménagés.

Dans le IV e arrondissement de Paris, l’architecte François Brugel a littéralement renversé un immeuble du XVII e siècle. Tout l’édifice est désormais tourné vers sa cour, comme attiré par la lumière intérieure reflétée par les grands pans de murs cuivre mais aussi par la vue sur le chevet de l’église Saint-Merri. L’immeuble d’habitation, délabré depuis de longues années, a été restauré avec le respect dû à son statut d’édifice inscrit, pour parties, à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, mais également au voisinage sensible d’une œuvre gothique. Mais François Brugel, en architecte rompu aux interventions dans le bâti ancien, a chahuté juste ce qu’il faut ce patrimoine pour y aménager sept logements sociaux et une surface de commerces pour le compte du bailleur Elogie (Ex-SGIM).

L’accès principal, jusqu’alors situé sur la rue de la Verrerie, a donc été basculé à l’arrière du bâtiment. La cour est ainsi devenue un hall d’entrée à ciel ouvert mais intime, caché par l’église et par la maisonnette qui, sur la rue du Cloître-Saint-Merri, forme un porche. Cette dernière construction, moins ancienne et biscornue, a été conservée et abrite maintenant un petit studio.

Sans tapage ni pastiche

Cette séquence d’entrée est toutefois encaissée dans le tissu du cœur historique de Paris. « Il fallait ramener de la lumière dans la cour tout en trouvant un matériau vrai, résistant dans le temps, qui sache s’insérer dans ce site complexe mais sans tomber dans le pastiche », explique François Brugel.
L’aile en retour de l’immeuble, qui préexistait, a été enveloppée d’un manteau de cuivre verni. Responsable de ce chantier pour Genere (l’une des entreprises lauréates des 12 e Prix Moniteur de la construction pour un projet en Ile-de-France. Lire « Le Moniteur » n° 5743, page 72), Sébastien Ménard précise que le métal a été « assemblé à joints debout, donc sans soudure mais par pliage. Il enrobe la structure d’origine en pans de bois, en partie conservée ». Cette vêture mordorée protège l’isolation thermique extérieure de cette aile. La restauration et l’aménagement des logements sont en effet conformes au Plan Climat de la Ville de Paris, avec une consommation d’énergie primaire de 78 kWh/m².an.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Elogie. Maîtrise d’œuvre : François Brugel Architectes. BET : Bureau Michel Bancon (structure). Entreprise générale : Genere. Surface : 650 m² Shon. Coût des travaux : 1,8 million d’euros TTC.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X